Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 33
Temps de recherche: 0.1412s

utopie

Le socialisme (sous sa forme marxiste et sous d’autres formes) revint à l’idée d’une "bonne société", condition favorable à la réalisation des besoins spirituels de l’homme. Cette opposition à la fois à l’autorité de l’Eglise et à celle de l’Etat conduisit à la disparition de l’Etat et à l’établissement d’une société composée d’individus prêts à coopérer volontairement. Le but était de reconstruire une société qui devait permettre à l’homme de se retrouver lui-même, sans la présence de ces forces autoritaires qui limitent et appauvrissent l’esprit.

Auteur: Fromm Erich

Info: Dans "La conception de l'homme chez Marx" page 90

[ harmonie ] [ fin des institutions ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

anarchie

On peut distinguer trois modèles.

Le premier, "insurrectionnel", englobant tant les mouvements organisés que les individualistes qui veulent remplacer le système en place, autoritaire ou pas, avant de reconstruire, qu’ils soient bakouniniens, stirnerien ou autre.

Le deuxième, "syndicaliste", vise à faire du syndicat et de la classe ouvrière, les principaux artisans tant du renversement de la société actuelle, que les créateurs de la société future. Son expression la plus aboutie fut probablement la Confédération nationale du travail pendant la révolution sociale espagnole de 1936.

Le troisième est "éducationniste réalisateur" dans le sens où ses tenants privilégient la préparation de tout changement radical via une éducation libertaire, une culture formatrice, des essais de vie communautaires, la pratique de l'autogestion et de l'égalité des sexes, etc. Modèle proche du gradualisme d'Errico Malatesta dans la continuité de "l’évolutionnisme" d'Élisée Reclus.

Auteur: Manfredonia Gaetano

Info: Histoire mondiale de l'anarchie, Éditions Textuel & Arte éditions, 2014 et wikipedia

[ système politique ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

liberté

Tous les scientifiques doivent être des hérétiques et des dissidents qui s'opposent aux points de vue acceptés dans la science pour que la science elle-même progresse. L'indépendance est donc essentielle pour une société scientifique en évolution. C'est une nuisance que d'être découragé par une société statique et autoritaire.

Auteur: Hoagland Hudson

Info: Science and the New Humanism. Science, Volume 143, Number 3062, 10 January 1964 (pp. 112–113)

[ recherche ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

itération

Une façon efficace pour faire croire des mensonges aux gens est la répétition fréquente, car la familiarisation n'est pas facile à distinguer de la vérité. Les institutions autoritaires et les spécialistes du marketing l'ont toujours su.

Auteur: Kahneman Daniel

Info: "Thinking, Fast and Slow ", p.71, Macmillan 2011

[ pédagogie ] [ fabrication du consentement ] [ convaincre ] [ persuader ] [ éduquer ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

world wide web

Avec Internet, nous sommes confrontés à une histoire plus ou moins similaire. Le réseau offre un accès pratiquement illimité au divertissement et, pour de nombreuses personnes vivant dans des conditions extrêmement déprimantes dans des États autoritaires, il aide à aller de l'avant. Pour de nombreux mouvements d'opposition, Internet, tout en offrant la possibilité de diffuser l'information plus rapidement et à moindre coût, a peut-être rendu leur lutte plus difficile à long terme.

Auteur: Morozov Evgeny

Info: www.motherjones.com

[ interrogation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

factualisme

La relativité enlève à la physique la domination autoritaire de la physique classique, avec son espace et son temps absolus, et la remplace non par l'anarchie, dans laquelle tous les participants ont leurs propres règles, mais par une démocratie parfaite, au sein de laquelle les mêmes règles régissent tout... Cela peut sembler insatisfaisant d’affirmer qu'il ne peut exister qu'une théorie correcte du temps et de l'espace, mais pour tout physicien une réponse doit suffire. La relativité, comme d'autres théories physiques, est un ensemble de règles basées sur un certain nombre d'hypothèses cruciales, que l'expérience et l'observation confirment. C'est tout ce que nous demandons aux théories physiques, et donc quémander des explications supplémentaires sur le pourquoi cette théorie particulière de la relativité a supplanté la théorie de Newton sur l'espace-temps c'est rechercher une vérité qui dépasse le domaine de la science.

Auteur: Lindley David

Info: The End of Physics: The Myth of a Unified Theory

[ observable ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

rapports humains

Le détective était accoutumé à jouer les archéologues parmi des ruines de souvenirs traumatiques. Il avait appris à se montrer autoritaire avec les brutes, rassurant avec les peureux, prudent avec les dangereux et retors avec les fourbes[...]

Auteur: Rowling J.K.

Info: L'Appel du Coucou. Sous le pseudo de Robert Galbraith

[ adaptation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

critique

La technique humanise, la technologie déshumanise. Lorsque l’anthropologue Badiou affirme :
"Ce qu’il y a d’humain dans l’histoire a depuis toujours été par définition artificiel, faute de quoi il ne s’agirait pas de l’humanité néolithique, celle que nous connaissons, mais de la permanence d’une forte proximité avec l’animalité, permanence qui a du reste duré, sous la forme de petits groupes nomades, pendant probablement deux cent mille ans", il confond technique autonome et technologie autoritaire.

Auteur: PMO Pièces et main-d'oeuvre

Info: Dans "Alain Badiou nous attaque", page 15

[ confusion volontaire ] [ sophisme ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

mutation économique

Cormac McCarthy a intitulé un des ses romans No Country for Old Men, qu’on pourrait traduire par : pas de place ici pour les hommes à l’ancienne. Le remplacement des hommes à l’ancienne par les nouveaux consommateurs s’est opéré partout dans ce qu’on appelle le monde "développé", à des moments et à des vitesses variables. En Europe, une bonne partie de l’Italie est demeurée longtemps en marge du mouvement. La "modernisation", dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, n’en a été que plus spectaculaire. Pasolini a été témoin de l’entrée brusque et massive du petit peuple italien dans l’univers de la consommation – événement qui a aussi signifié sa destruction en tant que peuple. Au début des années 1960, Pasolini a tourné L’Evangile selon saint Matthieu dans des villages du sud de l’Italie. Il avait le sentiment que les personnes qui vivaient là étaient très semblables à celles qui vivaient en Palestine il y a deux millénaires. Dix ans plus tard, il s’est rendu compte qu’un tel tournage n’aurait plus été possible : les visages des habitants de ces villages étaient devenus des visages de personnes qui regardaient la télévision. Pasolini a été bouleversé par ce basculement anthropologique. Pour lui, "le fossé entre l’univers de la consommation et le monde paléo-industriel est encore plus profond et total que le fossé entre le monde paléo-industriel et le monde préindustriel". Pasolini qualifie donc de paléo-industriel le monde qui va de la révolution industrielle à l’entrée dans la société de consommation. Pour exprimer la même idée que Pasolini en d’autres termes : il y a moins de distance entre le paysan des Travaux et les Jours et l’ouvrier de Germinal qu’entre l’ouvrier de Germinal et le consommateur contemporain. Pasolini nous aide ainsi à percevoir, à prendre conscience de ce fossé gigantesque, ordinairement négligé, précisément parce qu’il est si gigantesque que la pensée peine à l’enjamber.

[...]

Pasolini a vécu l’avènement du consumérisme comme une catastrophe anthropologique. Le consumérisme allant de pair avec le règne de ce qu’on appelle le capitalisme, il a une critique virulente du capitalisme. Pour cette raison, il a été classé et s’est classé lui-même résolument à gauche. Pour autant, la locution "homme de gauche" me semble, concernant Pasolini, inappropriée. Kundera a remarqué que ce qui "unit les gens de gauche de tous les temps et de toutes les tendances", c’est l’idée de la Grande Marche en avant qui, malgré tous les obstacles, nous achemine vers la fraternité, l’égalité, la justice, le bonheur universel : "La dictature du prolétariat ou la démocratie ? Le refus de la société de consommation ou l’augmentation de la production ? La guillotine ou l’abolition de la peine de mort ? Ça n’a aucune importance. Ce qui fait d’un homme de gauche un homme de gauche ce n’est pas telle ou telle théorie, mais sa capacité à intégrer n’importe quelle théorie dans le kitsch appelé Grande Marche." Pasolini n’était pas de ceux qui refusaient la société de consommation parce qu’à son époque, la Grande Marche supposait le rejet de la société de consommation ; il refusait la société de consommation parce qu’il la trouvait monstrueuse – refus qui, dans la période qui va de l’après-guerre aux années 1970, le plaçait à gauche.

Les guerres mondiales ont beaucoup détruit. Mais ces destructions étaient somme toute peu de chose en comparaison des ravages perpétrés, après 1945, par trois décennies de modernisation intensive des modes de vie, des modes de production, des villes, des campagnes, des âmes, de tout. Nulle trace, chez Pasolini, d’une quelconque idéalisation du passé. Mais s’il estimait la révolution nécessaire, ce n’était pas pour se débarrasser du "vieux monde" comme d’une immondice, c’était pour amener ce qui, dans le passé, était déjà là, mais à l’état entravé, opprimé, à son épanouissement, à sa pleine fécondité. Pour Pasolini, la société de consommation avait ceci de terrifiant que, au contraire de celles qui l’avaient précédée, elle ne se contentait pas d’entraver ou d’opprimer, mais détruisait. Elle prétendait libérer, et répandait la dévastation.

De son vivant, Pasolini a été en butte à nombre d’attaques venues de la gauche "progressiste". Un billet le résume, adressé par un lecteur de ses chroniques dans l’hebdomadaire Tempo : "Pier Paolo, tu es un réactionnaire et un conservateur." À quoi Pasolini répond : "Toi, tu es de gauche, d’extrême gauche, plus à gauche entre tous, et pourtant tu es un fasciste : tu es fasciste parce que tu es bête, autoritaire, incapable d’observer la réalité, esclave de quelques principes qui te semblent si inébranlablement justes qu’ils sont devenus une foi (horrible chose, lorsqu’elle ne s’accompagne pas de la charité : autrement dit, d’un rapport concret, vivant et réaliste avec l’histoire)." Après la mort de Pasolini, la gauche a préféré l’oublier, ou l’embaumer, et adhérer à la société de consommation. On a vu se mettre en place, entre droite et gauche, ce que Jean-Claude Michéa appelle un régime d’alternance unique, où les camps prétendument opposés rivalisent en furie modernisatrice. On comprend que dans ce contexte, Pasolini soit passé de mode. Mais c’est précisément pour cela qu’il a quelque chose à nous dire.

Auteur: Rey Olivier

Info: https://linactuelle.fr/index.php/2019/02/08/olivier-rey-pasolini-consumerisme/

[ préjugé politique ] [ mondialisation ] [ TV ] [ abrutissement ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

soeurs

Emily ne se souvient pas de la naissance de sa soeur. Elles n'ont même pas un an d'écart et, de ce fait, elles ont grandi comme des jumelles, à ceci près qu'Emily avait toujours un temps d'avance tandis que Jess franchissait chaque étape en second. Emily se montrait parfois un peu dure, un peu autoritaire avec sa cadette, mais c'était compréhensible car Jess n'était ni assez jeune pour qu'elle la materne, ni assez vieille pour suivre son rythme, être son égale. Emily savait que Jess n'y pouvait rien, mais ça ne l'empêchait pas d'en être parfois agacée, comme si le manque d'assurance de sa soeur était une entrave à sa propre évolution.

Auteur: Ashdown Isabel

Info: Juste avant la nuit , p. 40-41

[ fratrie ] [ entrave ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel