Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 12
Temps de recherche: 0.1753s

colonisé

Avoir un passé en commun ne signifie pas nécessairement l'avoir en partage.

Auteur: Mbembe Achille

Info: Sortir de la grande nuit

[ colonisateur ] [ colonialisme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

islam

La paix avec les infidèles doit être considérée comme une trêve pour se préparer à la guerre.

Auteur: Abd-el-kader

Info:

[ colonisateur ]

 

Commentaires: 0

colonisés

Le mot "brave" ne lui avait jamais plus; ça lui laissait un sale goût dans la bouche. Pour commencer, un brave c'était un Peau-Rouge, et on savait jamais très bien à quoi s'en tenir avec les Peaux-Rouges. Ils se mettaient en rogne et on ne pouvait pas savoir ce qu'ils mijotaient, sauf que ce serait désagréable. Pour des Blancs, "brave" était un mot qui ne collait pas très bien. On faisait se qu'on devait faire, c'était comme ça qui voyait les choses.

Auteur: Dorothy Marie Johnson

Info: Contrée indienne

[ colonisateurs ] [ Etats-Unis ]

 

Commentaires: 0

colonialisme

(....) Les blancs ont toutefois apporté quelque chose à ces peuples (colonisés), le pire qu'ils pussent leur apporter, les plaies du monde qui est le nôtre : le matérialisme, le fanatisme, l'alcoolisme et la syphilis. Pour le reste, ce que ces peuples possédaient en propre étant supérieur à ce que nous pouvions leur donner, ils sont demeurés eux-mêmes [...] Une seule réussite à l'actif des colonisateurs : ils ont partout suscité la haine. Cette haine qui pousse tous ces peuples, réveillés par nous de leur sommeil, à nous chasser.

Auteur: Hitler Adolf

Info: Testament politique d'Hitler, notes de Martin Bormann, préface de Trevor-Roper, éd. Fayard, 1959, 7 février 1945, p. 71-72

[ nord-sud ]

 

Commentaires: 0

judaïsme

A Coci - Les défenseurs d'Israël font de la mauvaise foi, sur plusieurs étages. Cette opération est conditionnée par les élections tout le monde le sait bien. En bref comment rassurer les électeurs par des mesures qui confinent au fascisme.
Le ratio de tués : 800 contre trois, rappelle d'autres chiffres. Et les exactions israéliennes sont présentées comme du "doigté".
On est fatigués d'ergoter ad infinitum contre les agissements de colonisateurs bourrés de certitudes qui pensent être les défenseurs de l'occident alors qu'ils ne sont que de vulgaires envahisseurs qui se targuent de défendre un progrès qui ne veut rien dire. Stop aux arguties interminables, à la mauvaise foi historique. J'ai aujourd'hui honte d'être un occidental. Ah ! quelle bêtise que la création de ce pays dans cette région... c'est une greffe qui ne prendra jamais et qui fait monter la haine entre les peuples.

Auteur: Glandu

Info: forum nouvel Obs sur la guerre à Gaza, janv. 2009, 21h06

 

Commentaires: 0

Gaule

Fantastique...
Pas de meilleur nom que "Libération" pour un journal coopérant avec l'oppression monétaire d'un pays quasi occupé... (voir comment Hollande a obéi, doigt sur la couture, quand il a fallu intercepter l'avion du président péruvien)
Le fameux Libé donc.... fait le panégyrique de l'occupant en transmettant des chiffres fictifs et optimistes, faisant accroire que l'envahisseur est en bonne santé économique.
Chacun sait que les USA, endettés jusqu'à l'impossible, continuent de sucer le sang du reste du monde via le dollar.
Du coup, organe très compréhensif avec le colonisateur, Libération démontre, s'il le fallait, que les mots sont des illusions et le que pouvoir tient à peu de choses. Bref un canard qui joue son rôle de communiquant stipendié par l'argent public. Ainsi : tout va bien... SURTOUT aux USA.
Bref, pouvoir = information. Tout ça pour maintenir la fameuse confiance...
Bravo Libé !! Et je vous fais confiance pour censurer ce post !

Auteur: Mg

Info: 2014, suite à un papier de Libé intitulé, L'économie américaine en pleine forme

[ médias ]

 

Commentaires: 0

oppression

Il faudrait d'abord étudier comment la colonisation travaille à déciviliser le colonisateur, à l'abrutir au sens propre du mot, à le dégrader, à le réveiller aux instincts enfouis, à la convoitise, à la violence, à la haine raciale, au relativisme moral, et montrer que, chaque fois qu'il y a au Vietnam une tête coupée et un oeil crevé et qu'en France on accepte, une fillette violée et qu'en France on accepte, un Malgache supplicié et qu'en France on accepte, il y a un acquis de la civilisation qui pèse de son poids mort, une régression universelle qui s'opère, une gangrène qui s'installe, un foyer d'infection qui s'étend et qu'au bout de tous ces traités violés, de tous ces mensonges propagés, de toutes ces expéditions punitives tolérées. De tous ces prisonniers ficelés et interrogés, de tous ces patriotes torturés, au bout de cet orgueil racial encouragé, de cette jactance étalée, il y a le poison instillé dans les veines de l'Europe, et le progrès lent, mais sûr, de l'ensauvagement du continent.

Auteur: Césaire Aimé

Info: Discours sur le colonialisme

[ colonialisme ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

schizophrénie

Ce récit et la magie d'Internet permettent de nous familiariser avec quelques vies singulières. Celles de l'espagnol Francisco del Puerto au XVIe siècle en Uruguay. De James Morill (1824 - 1865) dans le queensland australien et celle, mieux documentée, du français Narcisse Pelletier en Australie vers 1890. Ces deux derniers, adolescents, furent sauvés ou épargné, avant d'être adoptés et intégrés durant un grand nombre d'année par deux tribus locales anthropophages avant de réintégrer la civilisation. Chacune de ces histoires mériterait de longs récits, par exemple pour conter comment Narcisse Pelletier fut récupéré de force et amené dans un poste militaire de l'extrême nord-est Australien (d'où il tenta de s'échapper) parce que la présence d'un blanc dans une tribu sauvage était insupportable à la représentation hiérarchique d'alors, celle des colonisateurs omniscients - nous.
Ou comment ce même Pelletier termina sa vie comme gardien de phare, avec la houle, le fil de l'horizon et les embruns comme musique d'accompagnement à ses aller-et-retour mentaux... méditations insensées sur sa double vie. " Mourir de ne pas pouvoir penser à la fois ces deux mondes. Mourir de ne pas pouvoir être en même temps blanc et sauvage", selon la formule de François Garde dans le récit romancé qu'il a fait de la vie du vendéen.

Auteur: Mg

Info: avril 2014, à propos du livre, Ce qu'il advint du sauvage blanc

[ colonialisme ] [ aborigène ]

 

Commentaires: 0

regard de colonisateur

J’emprunte le terme de "participation mystique" au sens défini plus haut aux travaux de Lévy-Bruhl. Cette idée a récemment été rejetée par les ethnologues, en partie pour la raison que les primitifs sauraient très bien faire la distinction entre les choses. Ceci est incontestable, mais l’on ne doit pas non plus nier que des choses incommensurables peuvent avoir chez eux le même tertium comparationis incommensurable. On songera simplement à l’application omniprésente du "mana", au thème du loup-garou, etc. En outre "l’identité inconsciente" représente un phénomène psychique avec lequel le psychothérapeute est confronté journellement. Certains ethnologues rejettent également le concept d’ "état prélogique" qui est étroitement lié à celui de "participation mystique". En fait l’expression n’est pas des plus heureuses, car le primitif pense, à sa manière, d’une façon qui est aussi logique que la nôtre. Lévy-Bruhl le savait, ainsi que j’ai pu m’en convaincre au cours d’un entretien personnel. Ce qu’il entendait par "prélogique", c’était seulement les présuppositions des primitifs en contradiction avec notre logique rationaliste. Ces présuppositions sont toutefois extrêmement étranges et méritent, sinon l’épithète de "prélogique", du moins celle d’ "irrationnelle". Dans son Journal posthume, Lévy-Bruhl a, de façon assez étonnante, rejeté ces deux notions. Le fait est d’autant plus surprenant qu’avec des idées, il se mouvait sur un terrain tout à fait solide du point de vue psychologique.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Dans "Mysterium conjunctionis", tome 1, page 307

[ terminologie ] [ justification ] [ vue bornée ] [ archétypes ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

oppression

Entre colonisateur et colonisé, il n'y a de place que pour la corvée, l'intimidation, la pression, la police, le vol, le viol, les cultures obligatoires, le mépris, la méfiance, la morgue, la suffisance, la muflerie, des élites décérébrées, des masses avilies. [...] J'entends la tempête. On me parle de progrès, de "réalisations", de maladies guéries, de niveaux de vie élevés au-dessus d'eux-mêmes. Moi, je parle de sociétés vidées d'elles-mêmes, des cultures piétinées, d'institutions minées, de terres confisquées, de religions assassinées, de magnificences artistiques anéanties, d'extraordinaires possibilités supprimées. On me lance à la tête des faits, des statistiques, des kilométrages de routes, de canaux, de chemin de fer. Moi, je parle de milliers d'hommes sacrifiés au Congo-Océan. Je parle de ceux qui, à l'heure où j'écris, sont en train de creuser à la main le port d'Abidjan. Je parle de millions d'hommes arrachés à leurs dieux, à leur terre, à leurs habitudes, à leur vie, à la danse, à la sagesse. Je parle de millions d'hommes à qui on a inculqué savamment la peur, le complexe d'infériorité, le tremblement, l'agenouillement, le désespoir, le larbinisme. On m'en donne plein la vue de tonnage de coton ou de cacao exporté, d'hectares d'oliviers ou de vignes plantés. Moi, je parle d'économies naturelles, d'économies harmonieuses et viables, d'économies à la mesure de l'homme indigène désorganisées, de cultures vivrières détruites, de sous-alimentation installée, de développement agricole orienté selon le seul bénéfice des métropoles, de rafles de produits, de rafles de matières premières.

Auteur: Césaire Aimé

Info: Discours sur le colonialisme

[ colonialisme ]

 

Commentaires: 0