Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 128
Temps de recherche: 0.1256s

survie

Dans les camps de concentration nous vivions minute par minute et nous devions penser le moins possible, car penser c'est se dépenser.

Auteur: Sephiha Haïm-Vidal

Info:

 

Commentaires: 0

compétition

Vingt secondes avant une course, il y a concentration absolue. La chose principale est de pouvoir être en relaxation, mais en même temps il faut avoir un controle absolu. Il faut trouver l'équilibre entre être totalement prêt à l'attaque et vraiment en paix avec soi-même.

Auteur: Freeman Cathy

Info:

[ attention ]

 

Commentaires: 0

masque

Mais il fallait le plus souvent pour découvrir l'oeuf caché une très longue quête. Bacadette était d'une ingénuité prodigieuse. C'est à l'échafaudage de stratégies nouvelles de dissimulation qu'elle se livrait, en une concentration acharnée, les après-midi, posée au milieu d'une allée, le bec sur la poitrine, sans même bouger quand on passait près d'elle.

Auteur: Roubaud Jacques

Info: Parc sauvage, Seuil, p. 48

[ camouflage ] [ cacher ]

 

Commentaires: 0

pacifisme

La guerre n'est pas le renversement des habitudes et des idéaux que nous cultivons en temps de paix. Elle est leur concentration par une nation entière avec toutes les ressources disponibles orientées vers un but auquel une nation peut adhérer. Aussi longtemps que l'espèce humaine croira que l'ordre social normal doit être celui où le fort conquiert le pouvoir au détriment du faible, on ne trouvera rien de fondamentalement odieux dans l'intensification de cette lutte jusqu'au point où la "paix" cesse et où la "guerre" commence. Si nous voulons en finir avec les horreurs de la guerre, nous devons d'abord en finir avec l'horreur en temps de paix.

Auteur: Tawney Richard

Info:

[ société ]

 

Commentaires: 0

cruciverbiste

Il retourna aux mots croisés. En six lettres : ville du pays basque.
- Bilbao, c'est toujours pareil. Pourquoi ne mettent-ils pas des mots intelligents en rapport avec nous ? Par exemple : en dix lettres, camp de concentration où, si on te faisait sortir la nuit, tu ne revenais jamais : Puchuncaví. En neuf lettres : ce que tu éprouves quand tes vieux viennent te voir en prison pour te dire que ton frère Juan est mort, criblé de balles, dans un dépôt d'ordures. Tristesse.
En quatre lettres : qu'est-ce que tu ressens si, en creusant la terre, tu trouves trois squelettes, les mains liées dans le dos, et si l'un d'eux porte les chaussures de ton frère Alberto. Rage.

Auteur: Sepúlveda Luis

Info: L'ombre de ce que nous avons été

[ littérature ]

 

Commentaires: 0

jazz

J'étais encore un très jeune musicien, 25 ans, quand j'ai joué dans le projet de Bill. Avec lui, nuit après nuit, j'ai beaucoup mûri. Ma confiance a grandi, ma capacité de concentration aussi, mon sens du timing s'est amélioré, tout comme ma connaissance de l'harmonie. Avec son projet, si le batteur jouait en 4/4, il n'y avait aucune raison pour que le bassiste le fasse aussi. Il pouvait jouer quelque chose de différent tout en conservant le temps et la forme de la structure de la pièce. Il y avait donc une possibilité d'être plus souple pour la basse qui pouvait jouer à travers la forme plutôt qu'être là pour la souligner. Focus et engagement viennent toujours à l'esprit quand je pense à lui. Bill a joué à un niveau très élevé, non seulement par sa maîtrise technique, mais par ses conceptions et sa concentration. Il a eut une profonde influence sur les musiciens grâce à sa méthodologie. Tous les pianistes avec qui j'ai joué dans d'autres trios ont été touchés par son travail. Même s'il était populaire et influent, je pense que Bill Evans est encore sous évalué. Nous ne saurons jamais quel véritable artiste Bill Evans était. Juste après sa mort, j'ai passé quelques mois seulement plongé dans sa musique. Je ne faisais que l'écouter. Et puis, soudain, j'ai constaté que je ne pouvais plus. C'était tout simplement trop dévastateur pour moi.

Auteur: Johnson Marc

Info: interview, 2 septembre 1990

[ apprentissage ] [ piano ]

 

Commentaires: 0

camp de concentration

En déportation, j'ai appris qu'il existe une limite au-delà de laquelle on trouve surtout des sentiments acides : le mensonge, la rage, l'abandon, l'égoïsme, la défiance. Nous portons chacun notre propre caricature. Il suffit souvent de quelques jours à peine pour que le masque tombe à terre. La statue intérieure se brise. On ne revient jamais vraiment de ces souffrances.
Avant mon séjour dans les camps de concentration, je pensais que le pire venait d'ailleurs. J'ai trouvé le pire chez les autres et aussi en moi. Ce n'est pas l'abandon des siens qui est le plus dur à vivre, mais la déchéance de l'homme en soi. La conscience part en lambeaux. L'extrême humiliation transforme les hommes en coupables. C'est la tristesse des déportés.

Auteur: Saint Marc Hélie de

Info: Les sentinelles du soir

[ révélateur ] [ survie ] [ morale ]

 

Commentaires: 0

quête

Rescapé des camps de concentration nazis, auteur d'ouvrages exceptionnels, Viktor E. Frankl écrivait : "Vivre c'est souffrir. Survivre, c'est donner un sens à sa souffrance." Et il ajoutait : "L'homme ne cherche ni le plaisir, ni la souffrance, mais un sens à sa vie." Privés de sens, le plaisir avilit et la souffrance détruit.

Auteur: Clerc Olivier

Info: La Grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite... : Et autres leçons de vie

[ perpétuelle ] [ sens-de-la-vie ]

 

Commentaires: 0

justice

Qu'ils me répugnent à voir vivre ! Il y a un an ces magistrats condamnaient, avec fureur, ces pauvres juifs coupables de fausses déclarations pour échapper aux camps de concentration. Aujourd'hui ils se déchainent contre ceux qui ont obéi aux ordres du gouvernement de Vichy auquels ils ont prêtés serment de loyalisme.

Auteur: Garçon Maurice

Info: Journal 1939-1945

[ couardise ] [ adaptation ] [ Gaule ] [ après-guerre ]

 

Commentaires: 0

femmes-hommes

Le clitoris n'est qu'une simple boule de nerfs ; huit mille terminaisons nerveuses pour être tout a fait précis .C'est la plus forte concentration qu'on puisse trouver dans tout l'organisme .
Plus que le bout des doigts , plus que les lèvres , plus que la langue et deux fois plus - je dis bien DEUX FOIS PLUS - que le pénis . Alors je vous le demande : qui voudrait d'un fusil à un coup quand on a en sa possession une mitraillette ?

Auteur: Ensler Eve

Info: Les Monologues du vagin

[ sexuels ] [ comparés ]

 

Commentaires: 0