Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 5
Temps de recherche: 0.0618s

incarnation

Le corps, pour moi, n'est qu'un filtre, qui colore, une conscience qui est ailleurs.

Auteur: Fraisse Nicolas

Info:

[ chair-esprit ] [ spiritualité ] [ métaphysique ] [ singularité ] [ medium ] [ voyage astral ] [ décorporation ]

 

Commentaires: 0

sortie astrale

Pour ma première sortie hors du corps (S.H.C) j'ai passé beaucoup de temps à m'imaginer en train de séparer lentement chaque membre individuel du corps. Mon esprit ne pouvait concevoir la séparation autrement. Vous pouvez bien sûr procéder différemment mais en ce qui me concerne j'ai juste suivi le mouvement, mon esprit me l'a dicté et ça a fonctionné.

Auteur: Internet

Info: Sur le groupe FB Astral Projection Community, post de l'utilisateur Tunde New Mentality Williams, 10 mai 2020

[ mode d'emploi ] [ décorporation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

parapsychique

Interrogé par son nom terrestre sur son séjour dans le monde céleste il répondit qu’il était maintenant sur le chemin de pralaya ou chemin du retour mais qu’il était encore soumis à jugement entre les mains de certaines entités assoiffées de sang qui règnent au niveau astral inférieur. En réponse à la question portant sur ses premières impressions sur le grand passage dans l’au-delà il dit qu’au début il lui semblait voir comme en un miroir et confusément mais que ceux qui ont trépassé voyaient s’ouvrir à eux des possibilités supérieures de développement atmique. À la question de savoir si la vie là-haut ressemblait à notre expérience corporelle il répondit qu’il avait su par des êtres maintenant mieux établis que lui dans l’esprit que leurs demeures étaient équipées de tout le confort moderne, avec talafane, asasar, achadafad, watarklasat, et que les adeptes les plus avancés étaient plongés jusqu’au cou dans les vagues de la voluptuosité la plus pure.

Auteur: Joyce James

Info: Ulysse, p 375 (Gallimard 2004)

[ décorporation ] [ éveil ] [ prêche ] [ niveaux vibratoires ] [ mystères ] [ onirisme ]

 
Commentaires: 6
Ajouté à la BD par Plouin

drogue

Nous venons de préciser que ce vécu de "sortie du corps" sous kétamine est illusoire et relève d’un effet de torsion de la dimension imaginaire, car il n’y a pas d’absence totale de corps.
[...] De sorte que cette vision du corps à distance continue d’être un support imaginaire qui se traduit, comme on l’a vu, par une reconnaissance de ce corps, perpétuant ainsi l’identification spéculaire.
[...] Au fond, ce que réalisent ces sujets "déconnectés" de leur corps est de l’ordre d’un retour sur le moment, mythique, de la connexion entre la subjectivité et son image au temps du stade du miroir lors de l’identification primordiale. Une telle connexion relève de l’attribution au champ de l’Autre par la nomination symbolique (le "C’est toi !" ) et la mise en place du trait unaire qui soutient tout Idéal du Moi : une marque, un signe est donné au sujet qu’il peut se compter un, unique, différent. De sorte qu’une identification primordiale réussie donne le sentiment d’avoir un corps, en nouant l’image spéculaire et le nom propre, par combinaison de l’identification imaginaire à l’identification symbolique. Mais lors d’une "sortie hors du corps", nous serions dans un découplage du moi et du corps avec persistance de l’identification symbolique, réalisant une suspension temporaire et seulement partielle de la connexion primordiale puisque subsiste un lien entre nom et image. C’est ce qui se produit avec la kétamine et seulement pour certains sujets. On peut alors faire l’hypothèse que ces "sorties du corps" provoquées par la kétamine auraient cette particularité d’être à la fois effet d’une déliaison des circuits de l’incarnation et réponse au Réel, car si elles ne surviennent que chez certains, c’est sans doute qu’il faut tenir compte de la subjectivité, de sorte que le vécu oniroïde qui les accompagne porte la marque des déterminations inconscientes propres à chaque sujet.

Auteur: Le Maléfan Pascal

Info: Dans "Être decorporé sous kétamine : clinique et coïncidences"

[ psychanalyse ] [ explication ] [ trip ] [ décorporation ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

coronavirus

Je viens de terminer mon quart dans le service Covid-19. Je me regarde dans la glace : j’ai le C du masque FFP2 imprimé sur le nez, les marques profondes des élastiques, mes yeux sont fatigués, mes cheveux humides de sueur. Je ne suis plus un médecin et une femme — seulement un médecin, un fantassin de la guerre contre le virus.

Avant de commencer mon quart, j’ai dû mettre l’équipement de protection et c’est là que j’ai senti la montée d’adrénaline : tu es dans la salle avec tes collègues, tu essayes de lancer une blague, mais tes yeux reflètent le souci de te protéger correctement à toutes les étapes de l’habillage : gants, blouse, deuxième paire de gants, lunettes, casaque, masque, visière, chaussures, couvre-chaussures… plus du ruban adhésif et encore du ruban pour garder tout étanche. La personne qui t’aide à t’habiller écrit ton nom et ta fonction sur ta blouse avec un marqueur rouge, car lorsqu’on est déguisé de la sorte, personne ne reconnaît plus personne. Et quand elle dit "Prêt", il est temps d’entrer dans la salle.

Tu te sens comme le soldat sur le point de sauter d’un avion, espérant que son parachute s’ouvrira : tu espères que le masque et la visière te protégeront, que les gants ne vont pas se déchirer, que rien de "sale" n’entrera en contact avec ton corps.

Entrer dans la salle, c’est entrer dans une bulle : tous les sons sont étouffés par l’équipement lourd. Pendant les 10 à 15 premières minutes, tu ne vois rien parce que ta respiration couvre de buée la visière jusqu’à ce qu’elle s’ajuste à la température. Alors tu commences à voir quelque chose entre les gouttelettes de condensation. Tu entres, en espérant que les couvre-chaussures ne se détacheront pas comme d’habitude, et la garde commence.

C’est incroyable comme tout a changé. La recherche et la routine cliniques sont si loin. La réa te manque parce, par rapport à ce que tu vois, c’était du gâteau. Les heures passent, ton nez te fait de plus en plus mal, le masque perce ta peau et tu as hâte de l’enlever et de respirer enfin. Respirer. C’est ce que nous voulons tous de nos jours, médecins et patients, infirmières et soignants. Nous tous. Nous voulons de l’air.

Enfin, la fin du quart arrive, 8 heures rendues interminables par la soif, la faim et le besoin de te soulager, ces choses que tu ne peux plus faire en service : boire, manger ou aller aux toilettes impliquent d’enlever l’équipement de protection. Trop risqué. Et trop cher. L’équipement est précieux, et l’enlever signifie qu’il faut en remplacer une partie, ce qui réduit la quantité disponible pour les collègues. Tu dois être économe, résister, porter une couche que tu espères ne pas utiliser parce que ta dignité et ta psychologie sont suffisamment compromises par ce que tu fais, par le visage de tes patients, par les paroles de leurs proches que tu appelles pour les tenir au courant. Certains te demandent de souhaiter une bonne journée à leur père, d’autres de dire à leur mère qu’ils l’aiment et de lui faire une caresse… et tu fais ce qu’ils demandent, en essayant de cacher tes larmes aux collègues.

La fin du quart arrive avec les renforts, les collègues prennent le relais. On leur passe les instructions, les choses à faire et à ne pas faire. Tu vas rentrer chez toi mais il faut d’abord retirer tes protections, avec prudence dans chacun de tes mouvements. Retirer l’équipement est un rituel à suivre calmement, car tout ce que tu portes est contaminé et ne doit pas toucher ta peau. Tu es fatiguée et tu voudrais juste t’évader, mais il faut un dernier effort, te concentrer sur chaque mouvement. Chaque mouvement doit être lent. Tu retires enfin le masque et quand il se décolle, tu sens la brûlure des érosions sanglantes sur ton nez. La bande était inutile — elle n’a pas empêché ton nez de saigner ou de faire mal. Mais au moins, tu es libre. Tu sors nue de la zone de déshabillage et tu passes aux vestiaires.

Auteur: Castelletti Silvia

Info: traduit de A Shift on the Front Line, New England Journal of Medicine, Avril 2020

[ décorporation ] [ effroi ] [ témoignage ] [ contraintes ] [ milieu hospitalier ]

 
Commentaires: 1
Ajouté à la BD par Plouin