Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 13
Temps de recherche: 0.1738s

définir

L'unique dénomination qui pourrait éventuellement caractériser quelqu'un est son surnom.

Auteur: Barlog Boleslaw

Info:

[ prénom ] [ nom ]

 

Commentaires: 0

prénom

L'acte de dénomination, comme le baptême, est quelque chose d'extrêmement important pour la création de la personnalité parce qu'on a, de tout temps, attribué au nom une puissance magique. Connaitre le nom secret de quelqu'un, c'est avoir pouvoir sur lui. Je rappelle, exemple connu de tous, le conte de Rumpelstilzchen.

Auteur: Jung Carl Gustav

Info: Métamorphoses de l'âme et ses symboles

[ identité ]

 

Commentaires: 0

humour

Avant de partir, je dissimule le vaisseau pour éviter toute découverte et inspection de celui-ci par la faune autochtone. Après consultation du Catalogue Astral, je décide de transformer le vaisseau en corps terrestre connu sous la dénomination d'appartement familial, dupl., chauf. cent., liv., 3 ch., 2 s. de b., cuis. Terrasse. Piscine ds imm. Pkg. 2 pl. Facil. crédit max.

Auteur: Mendoza Eduardo

Info: Sans nouvelles de Gurb

[ extraterrestre ]

 

Commentaires: 0

acronyme

LA MÈRE : Rappelle-toi aussi que l'administration imposait des prénoms français à certains enfants. La Cécile que tu avais en classe s'appelait Malika à la maison.
LE PÈRE : C'est vrai...
LA MÈRE : Pire, cette petite inscrite sur nos registres sous le sigle S.N.P. : "Sans Nom Patronyme". Un collègue a eu l'idée de l'appeler Snep. C'était quand même mieux que S.N.P.

Auteur: Blancou Daniel

Info: Retour à Saint Laurent des Arabes

[ dénomination ]

 

Commentaires: 0

identité

Je porte un Nom, signifie dès lors : je porte la capacité infinie de ma renaissance. (...)
Le "Nom", c'est ce "ne pas finir de naître", cette initiale et inaugurale lueur de l'être, le pouvoir même de la liberté.
Le "Nom" en tant que "mémorial d'enfance" est l'obstination du entrain de naître de l'être, obstination que Louis-René des Forêts a nommée Ostinato, titre dans lequel il écrit ce qui est pour nous une des plus belles définitions du "Nom".

Auteur: Ouaknin Marc-Alain

Info: Le Livre des prénoms bibliques et hébraïques

[ dénomination ] [ Michel ]

 

Commentaires: 0

écriture

Le Moyen Age s'étend sur mille ans, puisque les historiens le font commencer avec la chute de l'Empire romain d'Occident en 476 et situent sa fin dans la seconde moitié du XVe siècle. S'il est vrai que la littérature française ne voit apparaître ses premiers monuments qu'à la fin du IXe siècle pour ne prendre son véritable essor qu'à la fin du IXe, ce sont tout de même quatre ou cinq siècles qui se trouvent englobés sous la dénomination commune de littérature du Moyen Age.

Auteur: Zink Michel

Info: Introduction a la littérature française du moyen-age

[ évolution ]

 

Commentaires: 0

spiritualité

Bhairava est la Conscience indifférenciée universelle et sans second dans son rapport avec le cosmos, sa manifestation, sa conservation et sa résorption.
Pour désigner la Réalité, le système Trika ainsi que les Agama plus anciens se servent de trois dénominations du Dieu suprême : Bhairava, Rudra et Siva qui situent clairement les trois niveaux de toute expérience possible. En Bhairava il n'existe pas encore de différenciation entre énergie et détenteur de l'énergie (sakti et Siva) tandis qu'en Rudra cette différence commence à poindre et qu'elle se dessine nettement en Siva.

Auteur: Silburn Lilian

Info: Le Vijnana Bhairava

[ unicité ] [ émergence ] [ triade ] [ hindouisme ]

 

Commentaires: 0

graphisme manuel

L'attention portée à l'exécution graphique est probablement aussi ancienne que l'écriture chinoise elle-même, ainsi qu'en témoignent les premières inscriptions sur bronze, dont la beauté ne saurait être le fruit du hasard. Si l'on en croit la tradition, le grand ministre qui présida à la première normalisation de l'écriture (vers 800 av. J.C.) traça de sa main les caractères chinois. De nos jours encore, ce n'est pas une affaire négligeable : lorsque, en 1966, on décida de changer la dénomination de l'Université de Pékin, c'est le président Mao Zedong qui calligraphia lui-même les caractères de la nouvelle appellation. Le souci de bien écrire est apparu d'abord comme une affaire d'Etat.

Auteur: Alleton Viviane

Info: L'écriture Chinoise. p. 89

[ idéogrammes ] [ fond-forme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sémiotique

...en logique il est nécessaire de prêter une particulière attention aux mots qui désignent des signes. De tels termes sont genres, espèces, etc. Rien n'est genre, mais comme il y a des termes comme homme et arbre qui désignent une chose en la laissant plus ou moins indéterminée on peut donc parler de tout ce qui peut être désigné par une dénomination aussi générale que genre ou de classe. Ces vocables sont appelés "termes de seconde intention". La première intention est l'acte mental par lequel un objet est conçu. La seconde intention est l'acte mental par lequel la première conception devient réceptacle conçu qui fait référence à sa relation à son objet. Un terme de seconde intention ne se réfère pas tant au signe lui-même qu'il signifie quoi que ce soit de désigné par un signe d'une certaine description. Une terme de seconde intention ne signifie pas autant le signe lui-même qu'il signifie quoi qui puisse être dénoté par un signe d'une certaine description.

Auteur: Peirce Charles Sanders

Info: Chap. XI. On Logical Breadth and Depth. MS [R] 384; MS [W] 233. 1873

[ emblème ] [ ontologie linguistique ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

bordel

Ce qui voulait dire que s'en était fini des dérives dans les nuits fébriles de Bangkok, de toutes ces fois où je rentrais saoul pendu à ton cou, vacillant titubant parmi les lumières de couleur qui font de tout homme un immortel provisoire, de ces nuits où je commençais à m'habituer aux poses provocantes des voyous protecteurs de bars; aux obscénités con-cul-pissantes des filles de bars à gogo, les filles les moins vêtues au monde, qui se contorsionnent lascives au rythme de la musique et qui, parfois, quand elles ôtent sournoisement leur dernière frusque, lèvent haut la jambe pour frapper du pied un mobile fait de coquillages accroché au plafond bas; à la solitude des filles au coeur brisé, qui vernissent de gaieté feinte leur esseulement d'oiseau loin du nid; aux débits de boissons aux serveuses aux seins nus et aux débits de boissons qui ont un miroir pour plancher et des serveuses en minijupe sans sous-vêtement et aux bordels en tout genre qui pullulent, autant d'endroits où la morale est raide morte, mais c'est dans ces putains d'établissements qu'on voyait une barquette d'offrande aux bonzes dont l'arbuste artificiel était fleuri de billets de banque de dénominations diverses que les papillons de la nuit iraient offrir à quelque monastère, celui de leur village natal probablement. Telle était la beauté triste de la vie. Peut-être avait-elle toutes sortes d'autres beautés cachées, mais toutes tristes.

Auteur: Saneh Sangsuk

Info: L'Ombre blanche : Portrait de l'artiste en jeune vaurien, p. 317

[ littérature ]

 

Commentaires: 0