Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 90
Temps de recherche: 0.0624s

dépassement

Plus encore, le dispositif de la cure psychanalytique intègre le besoin de croire, mais pour mieux l'élucider, l'alléger, le transformer. La psychanalyse est fondée sur le transfert et le contre-transfert : ils déplacent entre les deux protagonistes cette "attente croyante" (dit Freud) qui lie l'enfant à ses parents, cet "investissement", cette "identification" antérieure aux désirs et aux amours, que nous reconnaissons aux fondements de la vie psychique.

Auteur: Kristeva Julia

Info:

[ transcendance ] [ introspection ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Bandini

dépassement

Certains moments dans la vie ne vous laissent que deux choix: s'effondrer ou prendre une grande inspiration et faire ce qui doit être fait.
Vider la baignoire. Passer un jet d'eau bien fort dans le fond. Rincer. Laver. Rincer. La prendre par la main. La border dans un lit chaud et sec. Éteindre la lumière.
Faire une pause devant sa porte.
Ressentir une nouvelle solitude.
Et une nouvelle force.

Auteur: Leavitt Sarah

Info: Le grand désordre

[ maman ] [ paternité ] [ devoir ]

 

Commentaires: 0

dépassement

- Ça me rappelle une nouvelle de Flannery O’Connor. Une vieille dame égoïste est sur le point d’être tuée par un criminel en cavale. Au moment où il épaule son arme, elle tend la main pour le réconforter. Et O’Connor dit quelque chose du genre : C’est dommage que nous ne puissions pas mourir tout le temps, parce que c’est à ce moment-là que nous montrons le meilleur de nous-mêmes.

Auteur: Lamb Wally

Info: Le chagrin et la grâce

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

dépassement

Or, je pense que c'est précisément dans la découverte des limites des représentations scientifiques du monde que se révèle la force de la pensée scientifique.
Celle-ci n'est pas dans les "expériences", ni dans les "mathématiques", ni dans une "méthode". Elle est dans la capacité propre de la pensée scientifique à se remettre en cause. Douter de ses propres affirmations. N'avoir pas peur de nier ses propres croyances, même les plus certaines.
Le coeur de la science est le changement.

Auteur: Rovelli Carlo

Info: Et si le temps n'existait pas ? Un peu de science subversive

[ création ]

 

Commentaires: 0

dépassement

Que penser soit l'exercice naturel d'une faculté, que cette faculté ait une bonne nature et une bonne volonté, cela ne peut s'entendre en fait. "Tout le monde" sait bien qu'en fait les gens pensent rarement et plutôt sous le coup d'un choc que dans l'élan d'un goût (...) La pensée ne pense que contrainte et forcée, en présence de ce qui donne à penser, c'est aussi bien l'impensable ou la "non-pensée" c'est-à-dire le fait perpétuel que nous ne pensons pas encore.

Auteur: Deleuze Gilles

Info: Différence et Répétition

[ réfléchir ]

 

Commentaires: 0

dépassement

Quiconque craint la contradiction et demeure logique tue en lui la vie (quiconque ne fait point l'effort douloureux de surmonter ce malaise de genèse, quiconque refuse d'être accoucheur), quiconque craint en lui la genèse obscur qui le relie à l'univers, lequel n'est point encore formulable, puisque le langage limité ne le peut saisir qu'à tâtons et découvrir là un pan, là une arête, ici un socle et non l'immense cathédrale qui est transcendante aux matériaux, quiconque ne cherche que la formule, n'use que du formidable, celui-là est déjà un mort.

Auteur: Saint-Exupéry Antoine de

Info: Carnets, p.133, Gallimard/nrf, 1953

[ vivre ]

 

Commentaires: 0

dépassement

La souffrance est inutile. Mais l’on doit souffrir avant de pouvoir comprendre qu’il en est ainsi. C’est alors seulement, de surcroît, que la vraie signification de la souffrance humaine devient claire. Au dernier moment désespéré - lorsqu’on ne peut plus souffrir! -- quelque chose advient qui tient du miracle. La grande plaie ouverte qui drainait le sang de la vie se referme, l’organisme fleurit comme une rose. […] L’arbre de la vie est maintenu vivant non par les larmes mais par la certitude que la liberté est réelle et éternelle.

Auteur: Miller Henry

Info: La Crucifixion en rose, tome 2 : Plexus

[ douleur ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

dépassement

Derrière la préférence accordée par l’auteur à la règle de chevalerie, il y a le goût du romanesque. Derrière le goût du romanesque, il y a celui de l’amour pour lui-même. Et cela suppose une recherche secrète de l’obstacle favorable à l’amour. Mais ce n’est encore là que le masque d’un amour de l’obstacle en soi. Et l’obstacle suprême, c’est la mort, qui se révèle au terme de l’aventure comme la vraie fin, le désir désiré dès le début de la passion, la revanche sur le destin qui fut subi et qui est enfin racheté.

Auteur: Rougemont Denis de

Info: L'amour et l'Occident

[ quête d’absolu ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

dépassement

Il y a, semble-t-il, deux muses : l'Egérie de l'inspiration, qui nous donne des visions et des désirs inarticulés, et celle de la réalisation, qui revient sans cesse pour dire "C'est encore plus difficile que tu ne le pensais". Elle est muse de la forme. C'est peut-être là que la forme nous sert le mieux, lorsqu'elle fonctionne comme un obstacle, nous déconcerte et fait dévier notre trajectoire. Il se peut que lorsque nous ne savons plus quoi faire, nous soyons arrivés au travail véritable et que lorsque nous ne savons plus où aller, là débute le vrai voyage. Un esprit non déconcerté n'est pas employé. Le courant entravé est celui qui chante.

Auteur: Berry Wendell

Info:

[ impasses créatrices ] [ motivation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

dépassement

Il psalmodia son effort, s'efforça à ne rient voir, à ne pas ralentir, à écarter la peur de l'agonie et, oui, à s'approcher du gouffre. De longues minutes il ouvrit la bouche, cherchant à aspirer la ligne d'arrivée promise, qui finirait par surgir à la vue s'il voyait encore ; de longues minutes il vécu sous vide. En sortit joyeux : qu'est-ce que je me suis fait mal ! Les copains, vous n'imaginez pas. En sortit vainqueur, une nouvelle fois : son cœur avait reculé d'un pas vers l'intérieur de ses propres frontières, ses muscles s'étaient courbés au passage de son courage inflexible. Pas mort. Mais passé si près. Il passerait plus près encore la fois suivante. VdB savait à quoi il jouait.

Auteur: Haralambon Olivier

Info: Le versant féroce de la joie

[ sport ] [ effort ]

 

Commentaires: 0