Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 14
Temps de recherche: 0.0873s

hymne à la vie

Certes, comme on aime un ami
Je t’aime, vie énigmatique –
Que tu m’aies fait exulter ou pleurer,
Que tu m’aies apporté bonheur ou souffrance.

Je t’aime avec toute ta cruauté,
Et si tu dois m’anéantir,
Je m’arracherai de tes bras
Comme on s’arrache au sein d’un ami.

De toutes mes forces je t’étreins !
Que tes flammes me dévorent,
Dans le feu du combat permets-moi
De sonder plus loin ton mystère.

Être, penser durant des millénaires !
Enserre-moi dans tes deux bras :
Si tu n’as plus de bonheur à m’offrir –
Eh bien – il te reste tes tourments.

Auteur: Andreas-Salomé Lou

Info:

[ tragique ] [ passion ] [ poème ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

envie

C’est le désir et sa compagne la colère, enfants de rajas, qui souillent tout, qui dévorent tout. Sache que c’est là le grand ennemi de l’âme [qu’il faut abattre].

Auteur: Gose Sri Aurobindo

Info: La Bhagavad-Gîtâ

[ frustration ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

lenteur

Notre ville a été envahie par des papillons. Ils sont grands, beaux, carnivores. On n'a jamais vu tant de papillons dans la ville. Ils ont tout couvert : les rues, les toits, les voitures, les arbres. Les gens qui se trouvaient dans la rue pendant l'invasion ont été mangés. De ma fenêtre, je vois trois squelettes d'hommes et un squelette de chien parfaitement nettoyés. [...]
Pour l'instant, toute la ville est paralysée. Les gens se sont retranchés chez eux et regardent la rue couverte de papillons, par leurs fenêtres couvertes de papillons. Les bestioles semblent s'installer définitivement chez nous. Elles continuent même d'y affluer. La couche de papillons est de plus en plus épaisse, on dirait de la neige colorée.
Notre armée n'a rien pu faire contre les papillons. On a dû s'habituer à eux. On s'est finalement rendu compte que les papillons ne dévorent que les êtres vivants qui font des gestes brusques. Si on bouge très lentement, les papillons ne réagissent pas. On peut même les écraser sous les pieds, ils restent tranquilles et meurent en silence. D'ailleurs, on ne peut avancer dans la rue qu'en les écrasant. [...]
À cause de tout cela et de notre pensée ralentie, on se parle au rythme d'un mot par jour. Et quand nous faisons l'amour, tout va tout aussi lentement.

Auteur: Visniec Matéi

Info: Théâtre décomposé, ou, L'homme-poubelle: Textes pour un spectacle-dialogue de monologues, extrait de La Folle Tranquille

[ littérature ]

Commenter

Commentaires: 0

anecdote

En Amérique du sud vit la terrible fourmi légionnaire. Se déplaçant en colonie implacable, ses légions extrêmement agressives ne connaissent aucun obstacle et dévorent tout animal sur leur passage [...] Toutefois il y a un insecte que même les fourmis légionnaires prennent la peine d'éviter. La fourmi paraponera [...] C'est cette fourmi qui a été amalgamée à l'organisme du capitaine Daves par le biais de "l'opération entomomorphique". Terriblement agressive, sa piqûre est si foudroyante qu'on l'assimile souvent à un coup de fusil.

Auteur: Sasuga Yu

Info: Terra Formars, tome 1

[ hexapode ]

Commenter

Commentaires: 0

déclarations d'amour

Face à tous ceux qui te dévorent, aimer est plus fort que d'être aimé.

Auteur: Balavoine Daniel

Info: Paroles de la chanson Aimer est plus fort que d'être aimé

Commenter

Commentaires: 0

introspection

La mémoire est un monde sous-marin : aussi vivant que le corail, l'imaginaire y recouvre lentement l'épave de chaque événement, réel ou non ; les monstres nés dans l'inconscient y évoluent ou s'entre-dévorent avec les formes chatoyantes que nous avons rencontrées ; au souvenir des fictions se mêle indissolublement la fiction des souvenirs...

Auteur: Winckler Martin

Info: Légendes

[ subconscient ] [ onirisme ] [ imparfait ] [ intériorité ]

Commenter

Commentaires: 0

pouvoir

Les foules sont un peu comme le sphinx de la fable: Il est nécessaire de trouver une solution aux problèmes offerts par leur psychologie. Ou alors se résigner à ce qu'elles vous dévorent.

Auteur: Le Bon Gustave

Info: Psychologie des foules

[ masses ]

Commenter

Commentaires: 0

nuit

Dormir dans les ombres habitées de la campagne haïtienne ne la laissait jamais indemne. Elle redoutait et aimait à la fois le silence du sommeil quand il enveloppe la maison et qu'on entend tout, le bruit des poules dans les arbres, les chats en rut, leurs ébats, leurs miaulements ou les métamorphoses des créatures de la nuit, les mauvais airs qui sifflent entre les murs, les chiens endormis, ceux qui hurlent à la mort, le cri des animaux qui en dévorent d'autres, la plainte de ceux qu'on dévore, les chants nasillards des sociétés secrètes ouvrant les carrefours, le soupir d'un être en route pour l'éternité.

Auteur: Lahens Yanick

Info: Guillaume et Nathalie

[ littérature ] [ sons ] [ obscurité ]

Commenter

Commentaires: 0

meurtrier

(...) Les hommes de terre s'entre-tuent beaucoup plus vite que les géants ne les dévorent.
- Mais les gens ne se mangent pas les uns les autres, fit observer Sophie.
- Les géants non plus ne se mangent pas entre eux, répliqua le BGG, et en plus, les géants ne se tuent pas les uns les autres. (...) De même les croque-l'Odile ne tuent pas d'autres croque-l'Odile. Et les chats ne tuent pas d'autres chats.
- Ils tuent des souris, fit remarquer Sophie.
- Oui, mais ils ne tuent pas leurs congénères. L'homme de terre est le seul être qui tue son semblable (...) et ils montent dans des aéropalmes pour lancer des bombes sur la tête des autres. Et ils font ça chaque semaine. Les hommes de terre tuent sans arrêt d'autres hommes de terre.

Auteur: Dahl Roald

Info: Le Bon Gros Géant : Le BGG

[ animal ] [ particulier ]

Commenter

Commentaires: 0

rapports humains

Dans la nature, toutes les espèces se dévorent : toutes les conditions se dévorent dans la société.

Auteur: Diderot Denis

Info: Le Neveu de Rameau

[ prédation ]

Commenter

Commentaires: 0