Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 430
Temps de recherche: 0.0822s

mystère

Je demandais à un enfant qui passait, une chandelle à la main - D'où vient cette lumière?
Aussitôt il la souffla : - Dites-moi où elle s'en est allée - et je vous dirai d'où elle venait.

Auteur: Hasan de Basra

Info:

[ répartie ]

 

Commentaires: 0

stoïcisme

Dites-vous bien que vos épreuves et vos mécomptes n'intéressent que très vaguement autrui, et faites-vous, en conséquence, une ample provision de patience et de résignation.

Auteur: Robidoux Louis-Philippe

Info: Feuilles Volantes, p.203, Éd. La Tribune, 1949

 

Commentaires: 0

vieillesse

Surtout les vieillards sont dangereux à qui la souvenance des choses passées demeure et ont perdu la souvenance de leurs redites.

Auteur: Montaigne Michel Eyquem de

Info:

[ vaticinant ]

 

Commentaires: 0

pornographie

Ne dites pas : "J'aime mieux la langue que la queue."
Dites : "Je n'aime que les plaisirs délicats."

Auteur: Louys Pierre

Info: Manuel de civilité pour...

[ jeu de mots ] [ fesse ]

 

Commentaires: 0

humour

Quand le médecin m'a annoncé mon cancer, je lui ai demandé "Docteur, dites moi franchement, combien de temps il me reste ?" et il a dit "dix...", "dix quoi ? années, mois, semaines ?" et il m'a répondu en regardant sa montre "neuf, huit, sept..."

Auteur: Monkhouse Bob

Info:

 

Commentaires: 0

labeur

Lors d'un entretien d'embauche dites que vous êtes prêts à vous investir à 110%, sauf si vous briguez un poste de statisticien.

Auteur: Gropman Adam

Info:

[ humour ]

 

Commentaires: 0

écriture

La première chose qu'un auteur non publié devrait se rappeler est qu'en premier lieu personne ne lui a demandé d'écrire. Tout en gardant fermement à l'esprit qu'il n'a aucune raison de se décourager simplement parce que d'autres sont édités.

Auteur: Farrar John

Info:

 

Commentaires: 0

deuil

Une beauté brune dans une petite ville, un passé inavouable, une réputation ruinée, un amour perdu, sacrifié, protégé par l'oubli, le silence, donc éternel. J'envie presque ma mère, parfois, la fidélité, la tendresse avec laquelle elle préservait son amour de jeunesse, sa passion interdite, le père de son enfant illégitime. Au cours de ses dernières semaines encore, dans le service de long séjour, ma mère nous étonne, moi sa fille, et Dieu sait combien d'autres personnes, durant ses nuits effilochées rallongées par la douleur, en appelant un jeune homme, en répétant encore et encore, comme un refrain, dans son sommeil, dans son délire, dans sa souffrance : j'ai eu un jour un tendre amant, un très tendre amant, laissez donc la fenêtre entrouverte, j'aime tant regarder ces lilas blancs, avec la mer derrière, si tu le croises, dis-lui bonjour pour moi, dis bonjour de ma part à mon amour, dis-lui que je l'attends, dis-lui que tout va bien, que nous sommes toutes les deux en bonne santé, dis-lui que la petite à de beaux yeux, des yeux de violette, bleus comme la mer, exactement comme son père.
En toute innocence, je couvre de ces fleurs interdites les tables de chevet de ma mère endormie du lourd sommeil du début de la fin, elle ne crie plus, ne proteste plus, entrouvre juste les paupières pour laisser filtrer entre ses longs cils gris un éclat noisette de plus en plus rare, et je continue de lui apporter des fleurs, à pleines brassées, pour une fois, pour trois ans, pour trente ans, jusqu'à la fin. J'en prends soin comme de bouquets de mariée, je les porte avec précaution, je les soigne, je change l'eau des vases. Je deviens la vestale du Grand Amour de ma mère. La servante de son amant inconnu, de ma soeur ignorée. L'accompagnante des accompagnantes.
Dans son cercueil encore, je dispose autour du visage de ma mère et sur sa poitrine des violettes bleu nuit et du lilas blanc, trouvés à grand peine en ce mois de janvier. Je fais de sa bière en bouleau doublée de soie son dernier lit d'amour, l'odeur est enivrante, la petite chapelle s'emplit d'effluves presque indécents, du parfum humide et crémeux, trop vite fané, des amours d'été.
Assise dans la pâle lumière bleue des bougies de la chapelle, j'ignore combien d'êtres je pleure en réalité, qui sont tous ceux que je perds en même temps que ma mère ensevelie sous les violettes et le lilas.

Auteur: Snellman Anja

Info: Le temps de la peau, traduit du finnois par Anne Colin du Terrail, Presses Universitaires de Caen

[ émotion ] [ maman ]

 

Commentaires: 0

positiver

Si votre vie quotidienne vous paraît pauvre, ne l'accusez pas; accusez-vous plutôt, dites-vous que vous n'êtes pas assez poète pour en convoquer les richesses.
Pour celui qui crée, il n'y a pas, en effet, de pauvreté ni de lieu indigent, indifférent.

Auteur: Rilke Rainer Maria

Info: Lettres à un jeune poète

[ ennui ] [ désenchantement ]

 

Commentaires: 0

visionnaires

Non mon cher Randolph, je ne crois pas qu'il existe des gens, comme vous dites, sur lesquels le destin prend plaisir à s'acharner. Je pense plutôt que certains hommes, grâce à leur intelligence, leur intuition, et par-dessus tout, leur faculté d'imagination, parviennent à découvrir ici-bas des vérités cachées au commun des mortels. Et MM. Nerval et Poe font partie de cette catégorie.

Auteur: Bourland Fabrice

Info: La dernière enquête du chevalier Dupin

[ lucidité ] [ littérature ]

 

Commentaires: 0