Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 16
Temps de recherche: 0.0387s

euthanasie

Comme tous tes distingués confrères. Vous vous rêvez docteurs en vie éternelle, vous finirez ingénieurs en mort douce.

Auteur: Truong Jean-Michel

Info: Eternity Express

[ médecine ]

 

Commentaires: 0

comédie

Tous les docteurs sont des charlatans, tous les malades aussi. Il n'y a qu'au théâtre que l'on est honnête avec soi même.

Auteur: Inconnu

Info:

[ certitude ]

 

Commentaires: 0

dernières paroles

Mille et un souhaits de bonne nuit ma très chère fille bien-aimée, Véronica. Innocent, j'ai été jeté en prison ; innocent, je dois maintenant mourir. Car quiconque entre dans la prison des sorciers doit être torturé jusqu'a ce qu'il invente un crime ou un autre... Quand on me soumit pour la première fois à la torture, le Dr Braun, le Dr Kötzendörffer et deux docteurs que je ne connaissais pas étaient présents. Le Dr Braun me demande : "Parent, comment se fait-il que tu sois ici ? " Je réponds : "Par erreur, par malchance.". "Ecoute-moi, toi, rétorque-t-il, tu es un sorcier ; confesseras-tu tes crimes de ton plein gré ? Sinon, nous ferons venir les témoins, et le bourreau s'occupera de toi. ". Je lui dis : "Je ne suis pas sorcier, ma conscience est pure sur ce chapitre ; faites venir mille témoins, je ne les crains pas. " ...Alors entra aussi - Seigneur qui êtes aux Cieux, ayez pitié - le bourreau ; il lia ensemble mes deux mains et me fit endurer les poucettes, de sorte que mon sang jaillit de mes ongles et ruissela partout, de sorte que, quatre semaines durant, je ne pus me servir de mes mains, ainsi que tu le remarqueras à mon écriture. ...Après quoi ils me déshabillèrent, attachèrent mes mains derrière mon dos, puis me hissèrent dans l'estrapade. Je crus alors la fin du monde arrivée ; huit fois de suite, ils me firent monter, puis me laissèrent tomber ; mes douleurs furent indescriptibles... Et ainsi, j'avouai... mais ce n'était que mensonge. Suit maintenant, ma chère enfant, ce que je confessai afin d'échapper aux atroces souffrances et aux horribles tortures, que je ne pouvais supporter davantage... Je dus ensuite dire les noms des gens que j'avais rencontrés (au sabbat). Je déclarai que je ne les avais pas reconnus. "Vieux coquin, je vais encore devoir appeler le bourreau. Alors ? - le Chancelier était-il présent ? " Je répondis que oui. "Qui d'autre ? " Je n'avais reconnu personne. De sorte qu'il dit : "Prends une rue après l'autre ; pars du marché, éloigne t'en par une rue et retournes-y par la suivante. " Je dus nommer plusieurs personnes habitant là. Puis j'arrivai à la longue rue. Je n'y connaissais personne. Dus pourtant nommer huit habitants... Et ainsi m'interrogèrent-ils sur toutes les rues, quoique je ne puisse ni ne voulusse en dire davantage. Ils me remirent donc entre les mains du bourreau, lui dirent de me déshabiller, de me raser le corps, et de me mettre à la torture... Je dus ensuite dire tous les crimes que j'avais commis. Je ne dis rien... "Hisse ce coquin ! " Je déclarai alors que j'étais censé tuer mes enfants, mais qu'à la place j'avais tué un cheval. Cela ne leur suffit pas. J'avais également volé une hostie consacrée pour la profaner. Après cette dernière confession, ils me laissèrent en paix. Ma chère enfant, cache bien cette lettre... Autrement je serais très hideusement torturé et l'on décapiterait mes geôliers... Adieu, car ton père Johannes Junius, ne te reverra plus jamais.

Auteur: Junius Johannes

Info: dernière lettre à sa fille

[ exécution ]

 

Commentaires: 0

apparence

Si la barbe donnait la science ou si la barbe blanche faisait le sage, les chèvres seraient toutes docteurs.

Auteur: Proverbe français provençal

Info:

 

Commentaires: 0

richesse

Grand pouvoir a l'argent, il convient de l'aimer :
Rend le loubard habile et homme à estimer,
Fait courir le boiteux et le muet parler ;
Il n'est pas de manchot qui n'en veuille agripper.

L'homme stupide et niais, le rude laboureur
Par l'argent est mué en un savant seigneur ;
Plus grenu est son bien, plus grande est sa valeur,
Et qui n'a point d'argent ne peut avoir d'honneur.

Qui a bonne espèces, il a consolation,
Plaisir et allégresse, et du pape ration,
Achète paradis et gagne son salut :
À grand somme d'argent, grande bénédiction.

À Rome même au vu, siège de sainteté,
Que tous envers l'argent ont grande humilité
Et lui rendent honneur en grande solennité :
Tous vénèrent l'argent ainsi que majesté.

Y fait forces prieurs, évêques et abbés,
Archevêques, docteurs, potestats, patriarches ;
À maint nigaud de clerc donne des dignités.
Mensonge et vérité par lui se voient changés.

Plus d'un prêtre en ce lieu doit d'être ordonné,
Et moines et moniales, au couvent d'être entrés :
L'argent leur tenait lieu d'examen et brevet.
Aux pauvres, l'on disait qu'ils n'étaient point lettrés.

Auteur: Ruiz Juan

Info: Livre du bon amour, La poésie espagnole, Seghers, 1963

[ éloge ] [ poème ] [ reconnaissance sociale ] [ ironie ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

cynisme

Pour les docteurs du Japon, le cas le plus grave en médecine est celui où le malade n'a pas d'argent.

Auteur: Jean Antoine Petit-Senn

Info: Bluettes et boutades

[ santé ]

 

Commentaires: 0

prière

[…] le Te Deum fut, s’il est permis de s’exprimer ainsi, improvisé à Milan par les deux grands et saints docteurs saint Ambroise et saint Augustin, dans un transport de ferveur religieuse ; opinion qui n’a rien que de très probable. En effet, ce cantique inimitable, conservé, traduit par votre église et par les communions protestantes, ne présente pas la plus légère trace du travail et de la méditation, n’est point une composition : c’est une effusion ; c’est une poésie brûlante, affranchie de tout mètre ; c’est un dithyrambe divin où l’enthousiasme, volant de ses propres ailes, méprise toutes les ressources de l’art. Je doute que la foi, l’amour, la reconnaissance, aient parlé jamais de langage plus vrai et plus pénétrant.

Auteur: Maistre Joseph de

Info: Dans "Les soirées de Saint Petersbourg", 1836, Premier entretien, page 49

[ éloge ] [ admiration ] [ origine ] [ christianisme ] [ catholicisme ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

practicien

Sait-on comment, jadis, en Chine, s'exerçait la profession de médecin ?
D'une manière originale si l'on veut, mais à quel point logique, et que bien des gens adopteraient sans doute avec plaisir chez nous, si Messieurs les Docteurs voulaient s'y prêter.
On paie ici son médecin quand on est mal portant - c'était tout justement le contraire là-bas. On faisait choix d'un bon docteur et l'on convenait avec lui d'appointements annuels dont le paiement était d'office suspendu pendant le temps que l'on était malade.
L'intérêt du docteur à vous guérir très vite était donc évident.

Auteur: Guitry Sacha

Info: Mes Médecins, Cinquante ans d'occupations, Omnibus Presses de la Cité 1993 <p.574>

[ Asie ] [ salaire ] [ récompense ]

 

Commentaires: 0

autodestruction

Professions à risque (USA)
Les dentistes (5,45 fois plus de suicides que la moyenne)
Les musiciens (3,6 fois plus)?
Les acteurs (2,8 fois plus)?
Les danseurs de ballet (2,67 fois plus)
Les écrivains (2,6 fois plus)?
Les photographes (2,5 fois plus)?
Les artistes, sculpteurs et peintres (2,12 fois plus)?
Les ébénistes (2 fois plus)?
Les docteurs (1,94 fois plus)?
Les animateurs et les comédiens (1,90 fois plus)?
Les mathématiciens et les scientifiques (1,85 fois)
Les ouvriers qualifiés et les machinistes (1,63 fois)
Les ouvriers non qualifiés (1,46 fois)
La liste ne tient pas compte des données démographiques, entre autres, et que les hommes se suicident quatre fois plus que les femmes.

Auteur: Internet

Info:

[ métier ] [ statistique ]

 

Commentaires: 0

transgression

Dans l'inceste, les agresseurs seraient des inadaptés sociaux ou des détraqués sexuels. En réalité l'agresseur typique peut être n'importe qui. Il n'y a aucun dénominateur ou profil commun. Ce sont souvent des hommes ou des femmes d'apparence banale, respectables, pratiquants, bons travailleurs. J'ai vu des agresseurs qui étaient officiers de police, maîtres d'école, magnats de l'industrie, femme du monde, maçons, docteurs, alcooliques ou prêtres. Leurs caractères communs sont plus psychologiques que sociaux, culturels, raciaux ou économiques.

Auteur: Forward Susan

Info: Parents toxiques : Comment échapper à leur emprise

[ crime ] [ complexe ] [ indétectable ]

 

Commentaires: 0