Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 143
Temps de recherche: 0.1243s

civilisation disparue

Dans l’architecture européenne classique, un Atlante désignait un personnage taillé dans la pierre prenant la place d’une "colonne", sa signification symbolique renvoyant au Titan Atlas qui porte la voûte céleste. Les Atlantes représentés dans l’art grec désignent bien les mythiques fondateurs de l’Atlantide considérés comme les habitants de l’Atlas, plus connus aujourd’hui sous le nom de Chleuhs, ces tribus berbères montagnardes ayant la particularité de porter des vêtements de fourrure rudimentaire à l’image de leurs cousins Guanches. Les Guanches étaient vêtus de "peaux de chèvres", à la manière des "rois-pasteurs" détenteurs du dépôt "Kaldéen" croisés plus haut, et leurs nobles arboraient des bijoux confectionnés à partir de coquillages ou de vertèbres de poissons. A la stupéfaction des Espagnols qui abordèrent les Canaries, les Guanches ignoraient tout de la navigation. On signale sur les îles des sceaux en bois ou en céramique qui auraient pu servir à sceller des dépôts de grains et on sait aussi que le gofio, aliment local, était fait de céréales broyées dont on retrouve une forme similaire en Amérique, alors que cet aliment était inconnu des Espagnols. D’une culture en apparence néolithique, les Guanches dominaient néanmoins l’art complexe de la conservation des cadavres et de l’embaumement, de nombreuses momies ayant été exhumées sur l’île de Ténériffe. Là encore, ces descriptions ne sont pas sans rappeler certaines cultures américaines pré-colombiennes ou encore l’Égypte dont la tradition affirme qu’elle fut héritière en ligne directe d’un dépôt atlante. Le continent mythique englouti sous les flots que décrit Platon fut détruit, suppose-t-on le plus souvent, par un immense tremblement de terre suivit de terrifiantes explosions volcaniques et de gigantesques raz-de-marée, et les îles Canaries semblent bien désigner l’un des derniers vestiges de cette antique civilisation oubliée, ce qui expliquerait la méfiance que ces descendants de survivants de l’archipel atlante primitif ont pu avoir vis-à-vis de la mer Occidentale, "borne du monde" qui était "synonyme de deuil et de désolation". Nous avons aussi signalé qu’aussi bien les Berbères du Souss au Maroc que ceux des îles Canaries avaient conservés dans leur fonds culturel commun le souvenir embrumé de Méropide et de sa capitale qu’ils nommaient Smaïssa, aujourd’hui engloutie sous les eaux de l’océan Atlantique. Quand aux Aliziens, peuple préhistorique d’Espagne, ils enterraient leurs morts les visages tournés vers l’Ouest et avaient la réputation d’être d’excellents pêcheurs et marins.

Auteur: Anonyme

Info: Dans "Les magiciens du nouveau siècle"

[ mythologie ] [ archéologie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

britannique

Vous dites qu'il est plus facile pour un Danois d'étudier l'anglais que pour un hispanophone d'apprendre l'anglais ou un Anglais l'espagnol ; mais je ne pense pas que ce soit vrai, car l'anglais est une langue tant latine que germanique. Au moins la moitié du vocabulaire anglais est latin. N'oubliez pas qu'en anglais, il y a deux mots pour chaque idée : un saxon et un latin. Vous pouvez dire "Holy Ghost" ou "Holy Spirit", "sacred" ou "holy". Il y a toujours une légère différence, mais une différence très importante pour la poésie, la différence entre "sombre" (dark) et "obscur" (obscure) par exemple, ou "majestueux" (regal) et "royal"('kingly), ou "fraternel" (fraternal) et "fraternel" (brotherly). Dans la langue anglaise, presque tous les mots qui représentent des idées abstraites viennent du latin, et ceux qui représentent des idées concrètes viennent du saxon, mais il y a moins d'idées concrètes.

Auteur: Borges Jorge Luis

Info: In Jorge Luis Borges: Conversations. Ed. Richard Burgin. Jackson: Univ. Press of Mississippi, 1998

[ richesse terminologique ] [ vocabulaire ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fournisseur internet

[…] le désir de vie sociale diminue avec la maturité, on finit par se dire qu’on a fait le tour de la question, en plus j’avais installé une box SFR dans ma chambre, je pouvais accéder aux chaînes sportives et suivre les championnats de football nationaux français, anglais, allemand, espagnol et italien, cela représentait un nombre d’heures de divertissement considérable, si [Blaise] Pascal avait connu la box SFR il aurait peut-être chanté une autre chanson, et tout cela pour un prix identique à celui des autres opérateurs, je ne comprenais pas que SFR ne mette pas davantage l’accent, dans ses publicités, sur son merveilleux bouquet sportif, enfin chacun son métier.

Auteur: Houellebecq Michel

Info: Dans "Sérotonine", page 51

[ distraction ] [ isolement ] [ plénitude ]

Commenter

Ajouté à la BD par Coli Masson

monstre légendaire

[A propos de la gravure "Que viene el Coco" de Goya]
Ce qui retient aussitôt l’attention dans la gravure de Goya est que, contrairement à ce qu’annonce le titre et ce que dit la chanson, le Coco* redouté n’est pas sur le chemin qui le conduit à sa victime, mais est déjà arrivé, et même si présent qu’il occupe la moitié de l’image. Le titre de la gravure pourrait être "Voilà le Coco" ou "Le Coco est là". Irruption massive d’un corps vêtu d’on ne sait quelle toile, d’une sorte d’énorme Père Ubu qui encombre déjà plus de la moitié de la chambre qu’il investit, tel un gros éléphant blanc entré par mégarde dans un magasin de porcelaine. Le plus curieux de l’affaire n’est d’ailleurs pas la figure (et le volume) de l’apparition mais dans l’apparition elle-même, dans le fait que l’apparition apparaisse. Car le Coco était certainement annoncé, mais pas du tout attendu. Le Coco va venir, menace l’adulte ; mais tout le monde sait qu’il ne viendra pas. Or le voici qui paraît : el mismisimo Coco en propia persona, comme pourrait dire Fernan Caballero.

Auteur: Rosset Clement

Info: Dans "L'invisible", pages 68-69, *le Coco dans la culture espagnole est une variété de croque-mitaine dont on effraie les enfants pour essayer de les faire obéir, et particulièrement de les faire dormir.

[ surnaturel ] [ interprétation ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson
Mis dans la chaine

rapports humains

Les avantages de la dissimulation sont trois. Le premier est d'endormir ceux qui s'opposeraient à nos intentions, dès qu'elles sont rendues publiques. Le deuxième de nous réserver, à chaque occurrence, une belle retraite. Le troisième avantage est de nous découvrir l'esprit d'autrui : d'où le proverbe espagnol : "Dis un mensonge et tu trouveras une vérité".

Auteur: Pio Rossi

Info:

[ réserve ] [ mutisme ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

heimatlos

Je ne suis pas un exilé politique je suis un exilé total. Je me dis parfois que si j'étais né au Brésil, en Espagne, au Venezuela ou en Scandinavie, j'aurai fui tout autant leurs rues, leurs ports et leurs prairies.

Auteur: Rosales Guillermo

Info: Mon ange, traduit de l'espagnol par Liliane Hasson, Actes Sud

[ perdu ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

anarchie

On peut distinguer trois modèles.

Le premier, "insurrectionnel", englobant tant les mouvements organisés que les individualistes qui veulent remplacer le système en place, autoritaire ou pas, avant de reconstruire, qu’ils soient bakouniniens, stirnerien ou autre.

Le deuxième, "syndicaliste", vise à faire du syndicat et de la classe ouvrière, les principaux artisans tant du renversement de la société actuelle, que les créateurs de la société future. Son expression la plus aboutie fut probablement la Confédération nationale du travail pendant la révolution sociale espagnole de 1936.

Le troisième est "éducationniste réalisateur" dans le sens où ses tenants privilégient la préparation de tout changement radical via une éducation libertaire, une culture formatrice, des essais de vie communautaires, la pratique de l'autogestion et de l'égalité des sexes, etc. Modèle proche du gradualisme d'Errico Malatesta dans la continuité de "l’évolutionnisme" d'Élisée Reclus.

Auteur: Manfredonia Gaetano

Info: Histoire mondiale de l'anarchie, Éditions Textuel & Arte éditions, 2014 et wikipedia

[ système politique ] [ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

musique

Claude Debussy définissait la guitare comme un clavecin expressif. Je crois que c'est la meilleure définition jamais donnée de la guitare espagnole. Cette phrase est le point de départ de mon Concierto de Aranjuez. Notre guitare est la seule survivante de la riche et anarchique faune instrumentale du Moyen Age.

Auteur: Joaquin Rodrigo

Info:

[ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sagesse colonialiste

Les Romains, les Turcs et les Anglais ont pu fonder des empires durables parce que, réfractaires à toute doctrine, ils n'en ont imposé aucune aux nations assujetties. Jamais ils n'auraient réussi à exercer une si longue hégémonie s'ils avaient été affligés de quelque vice messianique. Oppresseurs inespérés, administrateurs et parasites, seigneurs sans convictions, ils avaient l'art de combiner autorité et indifférence, rigueur et laisser-aller. C'est cet art, secret du vrai maître, qui manqua aux Espagnols jadis, comme il devait manquer aux conquérants de notre temps.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: De l'inconvénient d'être né, Folio essais, p.152

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Le sous-projectionniste

hasard

Les coïncidences constituent le substrat de la synchronicité. Or elles n’existent qu’au sein d’un témoignage, d’une subjectivité, et l’on sait à quel point un témoignage est épistémiquement fragile. Au final, la synchronicité fait penser à une auberge espagnole. Chacun apporte le sens qu’il veut, les conclusions qui l’arrangent, et en retire toujours -miracle ! - exactement ce qu’il était venu chercher.

Auteur: Durand Thomas C.

Info: Quand est-ce qu'on biaise ?

[ simultanéité ] [ interprétations ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel