Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 163
Temps de recherche: 0.1022s

fuite

L’homme moderne est un halluciné. L’hallucination a remplacé la croyance. L’homme moderne est un angoissé. L’angoisse s’est substituée à la foi. Tous ces gens-là se disent réalistes, pratiques, matérialistes, enragés à conquérir les biens de ce monde, et nous sommes très loin de soupçonner la nature du mal qui les ronge, car nous n’observons que leur activité délirante, sans penser qu’elle est précisément la forme dégradée, avilie, de leur angoisse métaphysique. Ils ont l’air de courir après la fortune, mais ce n’est pas après la fortune qu’ils courent, c’est eux-mêmes qu’ils fuient. Dans ces conditions, il est de jour en jour plus ridicule d’entendre de pauvres prêtres ignorants et paresseux tonner du haut de la chaire contre l’orgueil de ce perpétuel fuyard, l’appétit de jouissance de ce malade qui ne peut plus jouir qu’au prix des plus grands efforts, qui éprouve de la fringale pour tout, parce qu’il n’a plus réellement faim de rien.

Auteur: Bernanos Georges

Info:

[ déracinement ] [ pulsion de mort ] [ vacuité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

fuite

Tous les gens de ma génération proclament haut et fort adorer les voyages. J'ai eu une enfance vagabonde, faite de déménagements répétés : mon père travaillait à l'étranger et en dix ans j'ai changé trois fois de continents. Je n'aime tout simplement plus cela. L'un de mes personnages, Vittorio, s'interroge sur cette manie de la bougeotte qui touche nombre de mes contemporains et qui semble correspondre surtout à un besoin de déplacer son malaise d'un endroit à un autre. On demande à l'espace ce que le temps ne saurait résoudre. On emporte avec soi ce à quoi on tente d'échapper.

Auteur: Remmert Enrico

Info:

[ périples ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fuite

Dans la vraie vie, on ne dit pas J’ai besoin d’une pause, ça ne se fait pas, ce n’est pas inscrit dans les codes sociaux. Lorsqu’on est invité à un repas, par exemple, on ne se lève pas soudain en disant J’ai besoin d’une pause, on ne prend pas son imper dans le vestibule et on ne claque pas la porte sans autre explication et justification que J’ai besoin d’une pause. On dit par exemple je suis désolé, ma mère a fait un AVC, je suis très inquiet, je dois vous quitter, ou bien je suis désolé, je suis vegan, je ne supporte pas la vue de ce gigot et de manière générale tout ce qui rappelle la souffrance animale, ce n’est pas contre vous, je suis hypersensible, excusez-moi, on ne dit pas J’ai besoin d’une pause sans rien derrière, sans rien autour.

Auteur: Fabcaro Fabrice Caro

Info: Le discours

[ conventions sociales ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fuite

Notre propre corps a été colonisé par le signifiant, rendu Autre, inaccessible sans la médiation du langage... que nous reste-t-il comme possibilité de commémorer ce paradis perdu de n’avoir jamais existé? comment s’imaginer encore toucher à une transcendance proprement humaine?

La sexualité.

La passion sexuelle, en tant que pulsion "non-morte", apparaît souvent sous la forme de sa "détermination oppositionnelle" (pour le dire avec les mots de Hegel): l'obstacle qui nous empêche d'être de "purs esprits", nous ramenant inlassablement à notre contingence corporelle...

Dans la cure psychanalytique, les fantasmes sexuels permettent à l’analysant d'approcher son fantasme fondamental qui, lui, n’est rien de sexuel, faisant écran au Réel insupportable dont il est, comme tout un chacun, affligé, la sexuation opérée par le signifiant qui scinde l’être du sujet.

Je suis où je ne pense pas, je pense où je ne suis pas.

Auteur: Dubuis Santini Christian

Info: Sur Facebook, 22 mai 2019

[ chiasme ] [ psychanalyse ] [ cogito ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

fuite

Comme phénoménologue, il me semble qu'une part considérable de la rêverie est un "comportement d'évitement mental", une tentative de faire face à des stimuli internes négatifs ou de se protéger d'un traitement plus profond de l'information qui menace l'estime de soi.

Auteur: Metzinger Thomas

Info: Source : www.3ammagazine.com

[ bayer ] [ béer ] [ lecture ] [ citation s'appliquant à ce logiciel ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fuite

La plupart des gens sont prêts à n'importe quoi pour éviter la peur suscitée par le combat.

Auteur: McMurtry Larry

Info: Lonesome Dove, tome 2

[ lâcheté ] [ survie ]

Commenter

Commentaires: 0

fuite

Régulièrement, j’envisageais de mentir à Lisette, de prétendre que j’étais trop fatigué pour écouter, mais l’âme quitte un peu plus le corps à chaque mensonge.

Auteur: Boyden Joseph

Info: Les saisons de la solitude, p. 86

[ impossible ] [ casse-pieds ] [ bobards ]

Commenter

Commentaires: 0

fuite

Mais si tu refuses de souffrir l’angoisse et la détresse, au moins ne dit pas que la chose est impossible. Car celui qui parle ainsi renonce à la purification : sans larmes, en effet, on n’a jamais entendu qu’une âme ait été purifiée de la crasse du péché, quand elle a péché après le baptême.

Auteur: Syméon le Nouveau Théologien

Info:

[ évitement ] [ inexpérience ] [ douleurs ]

Commenter

Commentaires: 0

fuite

Plus il se retirait du monde, plus ses rêves devenaient merveilleux ; et c'est en vain que l'on aurait essayé de les retranscrire. Kuranès n'était pas moderne. Il ne pensait pas comme les autres écrivains, qui s'efforcent de dépouiller la vie de ses robes brodées de mythes et de montrer dans toute son horrible nudité cette chose répugnante qu'est la réalité.

Auteur: Lovecraft Howard Phillips

Info: Les Contrées du rêve. Celephaïs

[ songe ] [ refuge ]

Commenter

Commentaires: 0

fuite

Il y a des jours où André n’en pouvait plus. Il ruminait et s’agitait en tentant d’oublier ce mal qui le rongeait. Parfois, il s’enfuyait vers d’autres sensations, à la recherche d’un plaisir éphémère qui, en définitive, ne lui apportait rien, si ce n’est un pis-aller, un ersatz de satisfaction. Il laissait de côté ses tâches les plus urgentes et "s’offrait" un cinéma ou se réfugiait dans un roman. Après la joie ressentie de l’oubli, venait à nouveau le processus lent qui le reconduisait au bord de la falaise, jusqu’à ce que, devant ses pieds, le gouffre réapparaisse.
Comment en était-il arrivé là ?

Auteur: Hériard Claude

Info: Le désir brisé

[ plaisir ] [ refuge ]

Commenter

Commentaires: 0