Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 410
Temps de recherche: 0.0896s

pensée-de-femme

La nuit qui suivit, contrairement aux précédentes, je dormis d'un sommeil profond, chargé de longs rêves denses et énigmatiques. Ma traître cervelle concocta un mélange de Vasseur et de Zarian, une sorte de dieu qui avait les manières de Marcello Mastroianni et de Woody Allen réunis. Quand je me réveillai, j'avais les jambes moites et l'impression d'avoir vécu l'orgasme du siècle sans pouvoir m'en souvenir. Le sang battait dans ma tête, et j'avais le sentiment de pouvoir localiser les images dans les circonvolutions de mon cerveau, tant elles avaient été saisissantes.

Auteur: Larue Monique

Info: Copies conformes

[ onirisme ]

 

Commentaires: 0

littérature

Racine me paraît incomparable dans le lyrique : une diction précise et serrée ; de la douceur, mais avec de l'énergie ; des figures variées ; de riches et nobles images ; une mesure libre qui pourtant ne marche pas au hasard. Le paradis retrouvé.

Auteur: Thoulier d'Olivet Pierre-Joseph dit l'abbé d'

Info:

[ éloge ]

 

Commentaires: 0

question

Il est généralement admis que les images cinématographiques ne furent que très exceptionnellement montrées "en silence", c'est-à-dire accompagnées du seul bruitage ambiant. Les projections du Salon Indien eurent lieu au son du piano. Et l'on déjà évoqué ce kinétophonographe conçu par Edison et construit par Dickson, où un cylindre vous débitait dans l'oreille une musique évocatrice, tandis que le film déroulait dans le viseur une scène mimée ou dansée. (...) Ce besoin ressenti dès les origines, d'un accompagnement musical, d'où vient-il ?

Auteur: Burch Noël

Info:

[ image-son ]

 

Commentaires: 0

détermination

Le secret pour établir des objectifs productifs c'est de se fixer des buts définis, de les écrire ensuite, et de se concentrer dessus plusieurs fois par jour, avec des mots, des images et des émotions, comme si nous les avions déjà atteints.

Auteur: Waitley Denis

Info:

[ réussite ] [ recette ]

 

Commentaires: 0

bouillonnement

Les faits du présent ne posent pas toujours pour qu'on leur tire le portrait. Ils sont constamment en vibration, pleins d'images et de confusion.

Auteur: Dixon Macneile

Info:

[ instant ]

 

Commentaires: 0

évolution

Dans ces sociétés riches où les deux parents travaillent, où les familles éclatées sont banalisées, où la loi a du mal à être incarnée par les figures parentales, auprès de qui les enfants sont-ils amenés à prendre des repères stables ? L'affaiblissement des idéologies, la quasi-disparition du poids des valeurs religieuses traditionnelles, des rituels sociaux, des normes sociales et institutionnelles ne permettent plus d'étayer la fragilité de certains fonctionnements parentaux. Par ailleurs, le modèle dominant proposé en échange - celui de la réussite matérielle - n'offre pas d'alternatives pour une valorisation des limites. De plus en plus, tandis que dans les générations passées, les parents avaient tendance à s'identifier - plus ou moins bien certes - à leurs propres parents, les consultations thérapeutiques d'enfants laissent découvrir bien souvent des parents identifiés à leurs enfants. De ce fait, ils éprouvent de grandes difficultés à tenir leur place d'exigence et de limitation. Au sein de ces configurations familiales, l'immaturité infantile de l'enfant a de la peine à être reconnu et respectée.
Un tel parent ne parviendra pas à comprendre aisément que son attente n'est pas compatible avec la maturité de l'enfant. Le parent, en voulant être aimé inconditionnellement, ne permet pas à l'enfant de construire des limites structurantes.
Dans un contexte technologique et social où les divers écrans (télévision, ordinateur, console de jeux) ont pris le pas sur les jeux collectifs (cartes, jeux de société, etc.) et parfois même sur l'éducation, l'impact du virtuel sur le réel ne saurait être ignoré du point de vue du fonctionnement psychique. Dans cette dynamique où le pouvoir des images ne cesse de croître, le travail d'élaboration de la pensée n'est pas facilité. Lorsque la société fictionnelle décrite par Georges Orwell dans 1984 devient réalité, qu'advient-il pour le sujet ? Lorsque le pouvoir politique, pour asseoir sa suprématie, fait tout ce qu'il peut pour promouvoir les images au détriment de la langue ou de la pensée, que devient le sujet ? Dans le roman 1984, parmi les principes du Novlangue (langue universelle destinée à écraser les différences), on retient l'appauvrissement de la langue - rendant impossible l'expression ou la formulation des pensées subversives.
Lorsque la société dominante tente d'écraser les singularités, ce sont les limites qui s'estompes ou s'effacent."

Auteur: Estellon Vincent

Info: Les états limites

[ standardisation ]

 

Commentaires: 0

médias

La contribution des nouveaux langages de la représentation à l'extermination douce du sens
"Les nouveaux langages de la représentation : ceux de l'information en direct, de l'actualité c'est à dire du flash et du gros plan - un attentat terroriste + une inondation + un viol + une exposition de peinture, tout se vaut - ceux de la publicité ou culte de la nouveauté, c'est à dire de ce qui est immédiatement identifiable, ceux de la performance sportive ou commerciale (ou au contraire du malheur) font trop de bruit et vendent trop de camelote pour être considérés comme "la réalité". Car "la réalité", exhibe et illuminée au néon, scotchée avec une étiquette indiquant le prix, enveloppée dans un emballage choc comme pour mieux nous prouver (mais surtout vous faire acheter) que ce que vous avez sous les yeux existe totalement, sans faille, sans "ombre", cette "réalité" là n'est pas la réalité. La lumière attire toujours ceux qui se réclament du dogme de la représentation, lequel est aussi celui de l'identité. Il ne leur vient jamais à l'esprit que le fait de clairement identifier, révéler à la lumière ou souligner au Stabilo tout ce qui évoque dans l'ombre, le clair-obscur, se dissimule et se dérobe dans le flou et l'incertitude de la présence - absence pourrait non pas éclairer, mais à dissiper le sens. Ce qu'il convient d'attaquer aujourd'hui - oui d'attaquer, nous y reviendrons - n'est rien moins que l'idéologie ambiante contemporaine sous toutes ses formes (économique, politique, esthétique) qui a le culot inouï de se faire passer pour réelle - et y parvient - alors qu'elle n'est que la redondance de l'univers déréalisant dans lequel nous évoluons : celui de l'hyperpositivité, de l'hyperprotection, de l'hyperexclusion, de l'hyperréalisme, l'univers de l'accomplissement même du sens dans un éternel présent au sein duquel plus rien ne peut advenir. Le monde est si plein qu'on y étouffe... Nous pouvons seulement imiter un geste antérieur, déclare Sherry Levine qui, afin de faire saisir cet arrêt du sens dans lequel il n'y a plus que des images d'images infiniment recyclées, procède à la reprographie de reproductions d'oeuvres d'art.

Auteur: Laplantine François

Info: Je, nous et les autres, Être humain au-delà des appartenances, Editions Le Pommier, 1999, pp. 129-130

[ vingtième siècle ] [ insignifiant ]

 

Commentaires: 0

beaux-arts

C'est une théorie que j'ai souvent imposée à mes interlocuteurs, à savoir qu'il y a eu cette bascule - très brutale de notre civilisation - du passage du son à l'image, par l'apparition du cinéma et de la télé. Transition qui s'est passé grosso modo en milieu du vingtième siècle. Grande victime de ce virage technologique : la musique, maintenant passée à un rôle d'éclairage des images ou simplement à celui d'entrainement des masses dans des routines : danses, transes rassurantes où les individus se jettent pour s'oublier. Pour ce qui est du paysage mental, soit il a disparu, soit il s'est grandement simplifié.

Auteur: MG

Info: aout 2008

[ image ] [ vingtième siècle ] [ décadence ]

 

Commentaires: 0

création

Le ruminement (rumination + cheminement) de la poésie en commencement, l'emmêlement de mots, syllabes, squelettes de vers et de phrases qui s'efforcent de s'accorder, fait parfois surgir brusquement le renard roux d'une "image-souvenir" de son sous-bois, de son couvert d'oubli, et je l'accueille. Je l'accueille seulement. Je ne cherche nullement à forcer cet animal-image avec les chiens de la langue.

Auteur: Roubaud Jacques

Info: Poésie : Récit

[ poésie ] [ littérature ]

 

Commentaires: 0

sexe

Dans le porno, tous les partenaires sont payés, tandis que dans la prostitution, un des partenaires est celui qui paye l'autre. Ça change tout ! Ce n'est pas du tout le même rapport entre partenaires.
Quand on fait une scène X, on ne baise pas comme on le veut, ni pour faire plaisir au partenaire, mais on fait ce que nous demande un réalisateur. Bien heureusement, on a le droit d'y prendre du plaisir, mais le but premier est de produire des images de qualité ; a contrario de la prostitution où le but est de donner un service sexuel payant à un client.

Auteur: Charmelle Lou

Info: interview

[ argent ] [ cinéma ]

 

Commentaires: 0