Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 73
Temps de recherche: 0.0647s

espérance

A quoi bon transmettre la vie, si ce n'est que lui fournir un cadre digne d'elle, l'appui du passé, l'occasion d'un avenir étayé, - car transmettre la vie, c'est admettre l'immortalité...

Auteur: Bordeaux Henry

Info:

[ procréation ]

 

Commentaires: 0

perdurer

La nature mortelle cherche, selon ses moyens à se perpétuer et s'immortaliser; le seul moyen dont elle dispose pour sa fin, c'est la génération qui perpétuellement remplace l'être ancien par un nouveau... Tel est le stratagème (mechane) par lequel le mortel participe à l'immortalité.

Auteur: Platon

Info: Banquet, 207 d. 208 b

[ postérité ] [ vie ]

 

Commentaires: 0

postérité

Comme tout le monde, je vais mourir. Mais les mots - les mots vivent aussi longtemps que il y a des lecteurs pour les voir, un public pour les entendre. C'est l'immortalité par procuration. Ce n'est pas vraiment une mauvaise affaire, tout bien considéré.

Auteur: Straczynski J. Michael

Info:

[ survivre ] [ écriture ]

 

Commentaires: 0

civilisation

Les arts, les sciences, la religion, toute l'histoire humaine témoigne de l'activité de l'intelligence et même si le néant l'aspirait dans son silence nous aurions connu par elle le pressentiment d'une immortalité de songe dont elle était digne.

Auteur: Pascal

Info:

[ esprit ] [ triade ]

 

Commentaires: 0

monothéisme

Les gens qui aiment la dispute devraient ne disputer que sur ce qu'ils ne peuvent jamais éclaircir ; alors la dispute serait intéressante, parce qu'elle serait interminable. Mais disputer sur l'existence de Dieu, l'immortalité de l'âme, la vie future, etc., ce n'est pas la peine. Il n'y a qu'à attendre.

Auteur: Bonald Louis-Ambroise de

Info: Oeuvres complètes t.3, Paris, J-P Migne 1859. Pensées, p.1383

[ mort ] [ inatteignable ]

 

Commentaires: 0

religion

La nature a même presque instinctivement armé l'homme contre la crainte de la mort : par la foi en l'immortalité.

Auteur: Lichtenberg Georg Christoph

Info: Le miroir de l'âme, p.437, Éd. José Corti, 1997

[ naturelle ] [ thérapie ] [ compensation ]

 

Commentaires: 0

inventivité

La créativité est autant un acte d'expression intensément individuel qu'un pont qui nous relie au reste de l'univers. Elle peut être joie personnelle, moment d'immortalité personnelle ou outil au service de la survie de l'humanité. Pourtant, en dépit de son importance pour les individus et les sociétés, la créativité n'est pas quelque chose de librement et intensément exprimé par tout le monde.

Auteur: Weisburd Stefi

Info: The Spark: Personal Testimonies of Creativity. Science News, November 7, 1987

[ épanouissement personnel ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

théologie

"La propension à considérer la continuité, au sens où je le tiens comme une idée de première importance en philosophie sera nommée synéchisme. Le présent document vise principalement à montrer ce qu'est le synéchisme et à quoi il mène."

C. S. Peirce a soutenu que la continuité de l'espace, du temps, de l'apparition des idées, des sentiments et de la perception est délivrée de manière irréductible par la science, ainsi une conception adéquate de la continuité est un domaine scientifique extrêmement important. Sa doctrine "synéchisme", dérivant de la préposition grecque qui signifie " (ensemble) avec".

Lors d'un symposium de 1887 sur la science et l'immortalité, Peirce déclara que la question de savoir s'il y a immortalité ou "une vie future" éventuelle n'était pas tranchée, mais aussi que la science pouvait faire la lumière sur cette question.

Dans un manuscrit de 1893 "L'immortalité à la lumière du synéchisme", Peirce applique sa doctrine du synéchisme à la question de l'immortalité de l'âme pour aller plutôt vers l'affirmative. Selon Peirce, le synéchisme nie catégoriquement l'affirmation de Parménide selon laquelle "Etre est, non-être est néant" déclarant plutôt que "l'être est une question d'un plus ou moins, potentiellement apte à se fondre insensiblement dans le néant". Physique et psychique ne sont pas distincts.

Selon Peirce, le point de vue selon lequel "aucune question expérientielle ne peut être résolue avec une certitude absolue" (fallibilisme) implique le point de vue selon lequel "l'objet a une existence imparfaite et qualifiée" ce qui implique qu'il n'existe pas de distinction absolue entre un phénomène et son substrat, entre des personnes diverses ou entre réveil et sommeil ; ainsi celui qui tient un rôle dans le drame de la création se reconnait pour une certaine mesure dans le rôle de l'auteur. La conscience charnelle, selon le synéchisme de Peirce, ne s'arrête pas brusquement à la mort, elle est émanation (petite) de la personne, n'est que pour sa part sociale : l'esprit vit vraiment dans les autres.

Il y a aussi la conscience spirituelle, que nous confondons avec d'autres choses, qui nous constitue tel un concept éternel "incarné par l'univers entier" : vérité immortelle "telle une idée archétypique qui ne peut échouer jamais ; et pourrait devenir, dans le monde futur, quelque incarnation spirituelle spécifique."
Peirce déclare pour conclure que le synéchisme n'est pas religion, mais la philosophie scientifique, qui tend à unifier science et religion.

Vers 1906 Peirce revint sur des idées du même genre : "Si je suis dans une autre vie, ce sera certainement des plus intéressant ; mais je ne peux imaginer comment ce sera d’être moi. En même temps, je n'en sais absolument rien", ajoutant que la subordination de l'action mentale au cerveau était une hypothèse scientifique justifiée par certains faits, en attendant que des faits contraires soient découverts, mais que d'un point de vue de l'intérêt pratique cette dépendance n'était pas nécessairement établie.

Auteur: Peirce Charles Sanders

Info: compilé et traduit de plusieurs sources par Mg

[ panpsychisme ] [ monisme ] [ pragmatisme ] [ solipsisme ] [ monadologie ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

fondements philosophiques

Ainsi la philosophie s’obstine-t-elle généralement à remplacer l’idée que "cela est" par l’idée qu’il est impossible et inadmissible que "cela soit" : opposant au règne souverain et contraignant de l’être, le règne fantasmatique et moral d’un "doit être".
[…] ce à quoi en a la morale n’est pas du tout l’immoral, l’injuste, le scandaleux, mais bien le réel, - unique et vraie source de tout le scandale. Le cas de Platon et de Rousseau, pour m’en tenir à ces deux seuls penseurs soucieux avant tout de morale, est ici très éclairant. Platon ne cesse en effet de représenter comme méprisable et indigne de l’homme ce qui constitue au contraire sa tâche la plus haute et la plus difficile : je veux dire s’accommoder du réel, trouver sa satisfaction et son destin dans le monde sensible et périssable. De même l’égarement de Rousseau consiste-t-il essentiellement à condamner comme immorale toute réalité dès lors que celle-ci est tragique. […] Le dernier mot de la philosophie de Platon comme de celle de Rousseau me paraît ainsi se résumer à ce simple et aberrant adage : que si la vérité est cruelle, c’est qu’elle est fausse, - et doit par conséquent être à la fois réfutée par les doctes et dissimulée au peuple. Kant, me semble-t-il, s’inspire souvent du même adage ; établissant volontiers – ou croyant établir – la validité des thèses qui lui sont chères (comme l’immortalité de l’âme ou la rationalité et la finalité de la nature) sur la seule considération du caractère contrariant des hypothèses inverses. Ainsi cette démonstration étrange de la première proposition de l’Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique. Proposition : "Toutes les dispositions naturelles d’une créature sont déterminées de façon à se développer un jour complètement et conformément à un but." Démonstration : "Car si nous nous écartons de ce principe, nous n’avons plus une nature conforme à des lois, mais une nature marchant à l’aveuglette, et le hasard désolant remplace le fil conducteur de la raison." Idées vraies et idées fausses se départagent en somme aisément au gré de Kant : les premières se reconnaissent à leur nature agréable, les secondes à leur aspect "désolant".

Auteur: Rosset Clement

Info: "Principe de cruauté" in L'école du réel, pages 216-218

[ autoconfirmation ] [ réconfort existentiel ] [ simplicité bipolaire ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

sorcellerie

C'est le propre de Noël que d'imposer un rythme collectif, qui pourrait passer pour une vexation bénigne ; mais l'on attribue à ce rythme une vertu, comme l'on disait jadis, médicamenteuse ; Noël tente de s'offrir comme une gigantesque et universelle incantation, une fascination, je dirais même un sabbat pudique ; mais c'est précisément ici que s'opèrent les deux sortilèges : celui du sabbat, aussi désordonné et charmeur que déchirant, et celui de la pudicité ; une pudeur qui envahit l'obscénité du monde, comme une immortalité s'entremêlant aux tombes, quelque chose qui tient du maléfice dans sa furie, et du miracle dans son obscure gesticulation. Pestiférés, prêtres, fossoyeurs : nul autre dénouement n'est apparemment offert ; mais qu'il s'agisse d'une épidémie, cela ne fait aucun doute.

Auteur: Manganelli Giorgio

Info: In "La crèche", éd. Trente-trois morceaux, p. 21

[ fêtes ] [ christianisme ] [ dualité ] [ dévoiement ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Benslama