Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 29
Temps de recherche: 0.0468s

écriture

Léo, correspondant à Rome d'un quotidien de Chicago, avait acquis la parfaite maîtrise des clichés du journalisme ; sous sa plume, on trouvait à tout bout de champ des pavés dans la mare, des affaires qui faisaient couler beaucoup d'encre, et des hommes politiques qui caracolaient en tête des sondages.

Auteur: Rachman Tom

Info: Les imperfectionnistes

[ poncif ]

 

Commentaires: 0

Murphy

Le journalisme est un métier on l'on passe la moitié de sa vie à parler de ce qu'on connait pas et l'autre moitié à taire ce que l'on sait.

Auteur: Biraud Henri

Info:

[ médias ]

 

Commentaires: 0

progrès

- Les journaux sont victimes de forces qui les dépassent.
- Mon cul. Aux débuts d’Internet, les journaux étaient les seuls experts en journalisme et en vente de petites annonces. Ils étaient idéalement placés pour dominer ce nouveau média. Au lieu de quoi ils se sont tourné les pouces pendant que des arrivistes tels que Google, le Drudge Report, le Huffington Post et ESPN.com détournaient l’attention de leur public, et que des petits nouveaux comme Craigslist, eBay et AutoTrader.com leur volaient le marché de la pub. Le temps qu’ils s’aperçoivent de ce qui était en train de se passer et qu’ils tentent leur chance en ligne, c’était déjà trop tard.

Auteur: Bruce DeSilva

Info: Jusqu'à l'os de

[ inadaptation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

mass medias

"Schizophrénie culturelle" : Les médias américains ne rapportent plus de faits, mais font appel aux émotions

Aux États-Unis, les médias grand public ont évolué au cours des dernières décennies. Une "schizophrénie culturelle" qui déchire les États-Unis.

Sur la base des conclusions d'une étude de la RAND Corporation, les médias grand public sèment activement la discorde dans la société américaine, déclare à RT le journaliste Chris Hedges, lauréat de nombreux prix. Les médias s'efforcent de faire en sorte que deux parties se haïssent l'une l'autre au lieu de rapporter les faits, et la majorité du public n'est pas au courant et se moque que son esprit soit manipulé via ses propres réactions émotionnelles.

L'étude, publiée par RAND cette semaine, indique qu'entre 1987 et 2017, le contenu des nouvelles est passé du reportage événementiel et contextuel à une couverture "plus subjective, reposant davantage sur l'argumentation et le plaidoyer, et comportant davantage d'appels émotionnels". Selon RT, les émissions d'information diffusées aux heures de grande écoute et le journalisme en ligne ouvrent la voie à cette évolution vers une rhétorique émotionnelle et haineuse. Le groupe de réflexion financé par le gouvernement a conclu que la presse écrite l'avait également remarqué.

Cela contribue à ce que RAND a nommé "Décadence de la Vérité". Il s'agit de s'éloigner des faits et de l'analyse dans le discours public.

Hedges affirme que la détérioration des médias grand public est "bien pire" que ne le suggère le rapport RAND. Et il n'est pas le seul dans cette évaluation.

Le journaliste américain Matt Taibbi dit que le résultat de cette décadence journalistique et de cette peur émotionnelle est une addiction publique à la haine mutuelle.

Les Américains sont devenus accros aux nouvelles qui renforcent leurs préjugés, et c'est ainsi qu'elles ont délibérément été mises en place. La seule chose que les gens entendent lorsqu'ils regardent les nouvelles, ce sont des histoires conçues spécialement pour fabriquer de l'indignation, vous faire détester l'autre côté et alimenter la dépendance à la colère.

Les médias grand public ont réussi à accaparer la colère et la haine de l'Américain moyen. L'idée que les médias puissent tirer profit des faits a été perdue depuis longtemps.

"La structure commerciale qui fonda les anciens médias a disparu et a éviscéré le journalisme dans le pays parce qu'il n'est pas durable. Nous l'avons vu avec l'effondrement des petites annonces, qui représentaient 40 p. 100 des revenus des journaux. Ce n'est plus viable sur le plan économique ", a déclaré M. Hedges.

Il devient de plus en plus difficile de distinguer les faits et les opinions, et les gens croient ce qu'ils veulent croire, explique Mr Hedges. "Nous avons passé des années à regarder CNN et MSNBC promouvoir cette théorie de conspiration selon laquelle Trump était un agent du Kremlin, par exemple... C'était de la foutaise, mais ça attirait les téléspectateurs", ajoute Hedges. Et, si cela ne vous dérange pas que votre QI baisse, allumez MSNBC quelques minutes. Il est probable que vous entendrez encore quelques trucs sur le Russiagate que le public reste en colère.

Aujourd'hui, les gens peuvent revendiquer leurs émotions comme des faits sans avoir à considérer ceux qui ne sont pas d'accord avec eux.. Ce qui permet de maintenir les disputes au sein de la population, pendant que les politiciens volent plus d'argent, enlèvent de la liberté et s'en tirent comme ça.

"Tout ça crée une schizophrénie culturelle " dit M. Hedges, faisant remarquer qu'il l'avait observé lors de l'effondrement de la Yougoslavie dans les années 1990. À l'époque, les médias suscitaient des antagonismes et des haines entre groupes ethniques. Des choses similaires se produisent en ce moment aux États-Unis, où "les médias de droite diabolisent Bernie Sanders et Barack Obama en les comparant à Hitler et les médias de gauche qualifient tous les partisans de Trump de racistes et de déplorables" dit Hedges. "Tout cela crée une fragmentation sociétale et des discordes " souligne Hedges à RT.

Auteur: Internet

Info: www.zerohedge.com, 17 mai 2019

[ médias de masse ] [ intoxication ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

illusion démocratique

Le journalisme est l'un des moyens par lesquels l'autocratie industrielle conserve le contrôle de la démocratie politique ; c'est par la propagande quotidienne, entre les élections, que les esprits du peuple sont maintenus dans un état d'acquiescement, de sorte que lorsque la crise électorale survient, ils vont voter et votent pour un des deux candidats de leurs exploitants.

Auteur: Sinclair Upton Beall Jr.

Info: The Brass Check : A Study of American Journalism", p.236, Open Road Media 2015

[ Etats-Unis ] [ capitalisme ] [ pouvoir ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

profane

Le journalisme ne sert qu'en apparence le quotidien. En vérité, il détruit la réceptivité spirituelle de la postérité.

Auteur: Kraus Karl

Info: Dans "Dits et contredits", page 85

[ immanent-transcendant ] [ décadence ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

médias

La première Loi du Journalisme : confirmer les préjugés existants au lieu de les combattre.

Auteur: Cockburn Alexander

Info:

 

Commentaires: 0

médias

En journalisme, il y a toujours eu un quiproquo entre "avoir la primeur" et "en prendre connaissance correctement".

Auteur: Goodman Ellen

Info:

[ scoop ]

 

Commentaires: 0

pouvoir

Quiconque a trempé dans le journalisme, ou y trempe encore, est dans la nécessité cruelle de saluer les hommes qu’il méprise, de sourire à son meilleur ennemi, de pactiser avec les plus fétides bassesses, de se salir les doigts en voulant payer ses agresseurs avec leur monnaie. On s’habitue à voir faire le mal, à le laisser passer ; on commence par l’approuver, on finit par le commettre. À la longue, l’âme, sans cesse maculée par de honteuses et continuelles transactions, s’amoindrit, le ressort des pensées nobles se rouille, les gonds de la banalité s’usent et tournent d’eux-mêmes.

Auteur: Balzac Honoré de

Info: Splendeurs et misères des courtisanes. Première partie : Comment aiment les filles.

[ accoutumance ] [ hypocrisie ]

 

Commentaires: 0

écriture

La liste des auteurs ayant été à la fois romanciers et contributeurs de journaux prend vite la forme d'un défilé (Dickens, Anderson, Sinclair, Orwell, Waugh, Dos Passos, Steinbeck, Capote, Barnes, Updike pour un simple échantillon) qui rend sceptique sur l'étanchéité du lien entre les deux mondes et relativise la vision d'un journalisme ligoté par une mystique de la factualité. Plus exactement, la vision du journalisme comme rationalisation d'un savoir-faire en collecte de faits, comme mode d'écriture descriptif et distancié s'est heurtée à des crises de contestations

Auteur: Schudson Michael

Info: In Sociologie du journalisme de Erik Neveu

[ littérature ] [ historique ]

 

Commentaires: 0