Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 270
Temps de recherche: 0.1524s

corruption

Toute inclinaison intellectuelle sera corrompue une fois liée au pouvoir.

Auteur: James Clive

Info:

[ justification ] [ politique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

auto justification

Nous voulons tous expliquer pourquoi nous nous comportons comme nous le faisons et comment le monde qui nous entoure fonctionne. Même lorsque nos faibles explications n'ont pas grand-chose à voir avec la réalité. Nous sommes des créatures qui racontent des histoires par nature, et racontons histoire après histoire jusqu'à ce que nous trouvions une explication qui nous convient et semble assez raisonnable pour être crédible. Et si l'histoire nous dépeint sous un jour plus brillant et positif, tant mieux.

Auteur: Ariely Dan

Info: The Honest Truth About Dishonesty : How We Lie to Everyone - Especially Ourselves

[ réconfort ] [ self justification ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

dictature

Je suis contre le régime démocratique car je ne vois pas pourquoi on devrait mettre à égalité le vote d'Aristote face à l'idiot du village.

Auteur: jeu vidéo Civilzation IV

Info: sorti en 2006

[ justification ] [ anti démocratie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

propagande

La guerre n'était plus considérée comme un fléau ; de temps en temps, on apprenait bien que le fils d'Untel ou l'époux d'Une Telle était mort déchiqueté, brûlé, assommé, étouffé par là-haut, dans les tranchées lointaines, mais ces morts inévitables étaient considérés comme la rançon de la prospérité générale en attendant la victoire finale.

Auteur: Barthas Louis

Info: Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, 1914-1918

[ sacrifices ] [ justifications ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

nationalisme

Le droit romain, bien entendu, était rempli d’éthique patriotique. Les juristes ne pouvaient pas manquer de tomber, dans les Institutes, sur ce passage où il est affirmé que "ceux qui sont tombés [dans la bataille] pour la respublica vivront éternellement per gloriam", et de commenter ce passage dans lequel la renommée ou la gloire éternelle prennent de façon si frappante la place de la béatitude éternelle ou lui sont associées. Ils ne pouvaient pas non plus manquer de rencontrer dans le Digeste cette loi formulée par un jurisconsulte du temps d’Hadrien, qui déclarait que, pour l’amour de la patria, un fils pouvait tuer son père et un père son fils. Les juristes médiévaux, dans leur interprétation de cette loi, soulignaient qu’une action considérée comme un parricide était un acte louable quand elle était commise au nom de la patria seulement, toutefois, si elle était commise en légitime défense. Ils ne se grisaient pas de l’idée de massacre patriotique comme le faisaient à l’occasion des humanistes – par exemple Coluccio Salutati, qui s’exclamait :

"Tu ne sais pas combien est doux l’amor patriae ; si cela était utile à la protection et à l’agrandissement (sic !) de la patrie, il ne semblerait ni fâcheux, ni difficile, ni criminel de fendre d’une hache la tête de son père, d’écraser ses frères, d’arracher par le glaive le fœtus du ventre de sa propre femme."

Ce type de folie sanguinaire d’intellectuel et de patriotisme de bureau exacerbé n’était pas, dans l’ensemble, du goût de juristes à l’imagination plus sobre, qui auraient contredit Salutati sur presque tous les points. Cependant, des atrocités justifiées au nom de Dieu et de la patria ont toujours existé et existeront toujours. Balde pouvait parfaitement soutenir qu’un soldat tuant un ennemi au nom de la patria accomplissait une œuvre divine, mas oins, car il offrait un sacrifice au Créateur. Et cela était fait au nom de la caritas – non plus, certes, la vertu évangélique de la Charité, expression d’un amour fraternel actif, mais sa contrepartie séculière : une publica caritas, comme l’appelait Balde, pour la protection de la naturalis patria.

Auteur: Ernst Hartwig Kantorowicz

Info: Les Deux Corps du roi, pp. 180-181

[ justification ] [ historique ] [ barbarie ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

hommes-par-hommes

L’habitude du mal est agréable : les hommes sont attirés par le mal parce que beaucoup ont l’impression qu’il rend plus fort.

Auteur: Bujda Ûrij

Info: Voleur, espion et assassin

[ affirmation de soi ] [ justification ] [ malfaisants ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

paranormal

Un esprit qui était une femme dans une précédente incarnation, ayant fait le choix, pour des raisons liées aux nécessités de son évolution, de se réincarner dans un corps d'homme, peut en effet garder profondément ancré en son inconscient une attirance pour les hommes.

Auteur: Alain Joseph Bellet

Info: Les morts sont parmi nous

[ identité de genre ] [ métempsycose ] [ homosexualité ] [ justification ]

Commenter

Commentaires: 0

Mis dans la chaine

physique

Pour certains scientifiques, l'intérêt majeur de la théorie quantique tient à ce qu'elle peut fournir une base scientifique à leur religion.

Auteur: Ortoli Sven

Info: Le cantique des quantiques : Le monde existe-t-il ?

[ justification ]

Commenter

Commentaires: 0

envahisseurs

Le colonialisme porte en lui la terreur. Il est vrai. Mais il porte aussi en lui, plus néfaste encore peut-être que la chicotte des exploitateurs, le mépris de l’homme, la haine de l’homme, bref le racisme. Que l’on s’y prenne comme on le voudra, on arrive toujours à la même conclusion. Il n’y a pas de racisme sans colonialisme.

Auteur: Césaire Aimé

Info: La nouvelle critique, 1954

[ oppresseurs ] [ justifications ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

envahisseurs

Le colonialisme porte en lui la terreur. Il est vrai. Mais il porte aussi en lui, plus néfaste encore peut-être que la chicotte des exploitateurs, le mépris de l’homme, la haine de l’homme, bref le racisme. Que l’on s’y prenne comme on le voudra, on arrive toujours à la même conclusion. Il n’y a pas de racisme sans colonialisme.

Auteur: Césaire Aimé

Info: La nouvelle critique, 1954

[ oppresseurs ] [ justifications ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel