Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 8
Temps de recherche: 0.0253s

discipline

Le sage ne se permet pas un seul jour de laisser-aller.

Auteur: Li Biao Ji

Info:

 

Commentaires: 0

vie

Existence : combat dans la complexité, laisser-aller dans le simple.

Auteur: Mg

Info: 15 nov. 2016

[ chiasme ] [ résumée ]

 

Commentaires: 0

hypocrisie

Pleurer un homme qui n'a jamais pleuré sur personne n'est pas précisément une faute de goût, c'est soit une comédie inutile, et donc ridicule, soit une marque de laisser-aller, une émotion qu'on lâche parce que le décor s'y prête, comme au concert on lâche les vents quand l'orchestre fait un "forte".

Auteur: Verger Frédéric

Info: Les rêveuses, Page 124

[ camouflage ] [ dissimulation ] [ flatulence ]

 

Commentaires: 0

coutume

La tradition c'est le laisser-aller.

Auteur: Mahler Gustav

Info:

[ paresse ]

 

Commentaires: 0

nourriture

Un jour il a eu le malheur, dans un moment de laisser-aller, un moment où il se tenait détendu, content, de lui lancer cela négligemment, cette confidence, cette révélation, et telle une graine tombée sur une terre fertile cela a germé et cela pousse maintenant : quelque chose d’énorme, une énorme plante grasse au feuillage luisant : Vous aimez les carottes râpées, Alain.
Alain m’a dit qu’il aimait les carottes râpées. Elle est à l’affût. Toujours prête à bondir. Elle a sauté là-dessus, elle tient cela entre ses dents serrées. Elle l’a accroché. Elle le tire… Le ravier en main, elle le fixe d’un œil luisant. Mais d’un geste il s’est dégagé — un bref geste souple de sa main levée, un mouvement de la tête… "Non, merci…" Il est parti, il n’y a plus personne, c’est une enveloppe vide, le vieux vêtement qu’il a abandonné dont elle serre un morceau entre ses dents.

Auteur: Sarraute Nathalie

Info: Le Planétarium

[ appât ] [ femmes-hommes ]

 

Commentaires: 0

drogue

Se transporter dans un autre plan d’existence, c’est donc d’abord effacer progressivement le lien aux perceptions corporelles par les effets de l’anesthésie, très précisément les "éteindre" et ce, selon le mode d’absorption, le dosage, le "set & setting", l’acceptation du laisser-aller. Tout cela dure une heure environ. Après la première prise, c’est la "montée" des effets du produit : le corps devient comme mou, parfois semble se liquéfier, ou alors "s’enfoncer" sur place ; la perception du temps et de l’espace se transforme. Viennent ensuite des "dissos". Légères d’abord : les membres s’autonomisent, la vision se "pixelise" ou se " fractalise", la réalité se démantelant. Le ressenti est plutôt plaisant voire hilarant et se compare souvent à l’ivresse alcoolique. La "dissociation" devient ensuite plus profonde et c’est l’entrée dans une séquence hallucinatoire psychédélique propre à chaque sujet. Quelques constantes s’y retrouvent néanmoins. Les plus récurrentes, non sans rapport avec le monde des jeux vidéo, sont le transport ultra rapide dans un univers parallèle aux dimensions géométriques, métalliques et aux couleurs très vives, la perception d’un tunnel avec une lumière attirante à son extrémité, la compréhension immédiate de l’unité du Tout et la dissolution du moi. Et encore : la sérénité et la jouissance. Comme l’écrivent eux-mêmes les psychonautes sous kétamine, ils sont alors "perchés", haut, très haut ! Et puis, la plus caractéristique, la décorporation : sensation de "quitter son corps", de le voir à distance, d’en haut le plus souvent, comme si le sujet était devenu un "pur esprit" et le corps une "chose lointaine".

Auteur: Le Maléfan Pascal

Info: Dans "Être decorporé sous kétamine : clinique et coïncidences"

[ trip ] [ hallucinogène dissociatif ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

exactitude

A l'origine, quand le monde était jeune, il y avait beaucoup de pensées, mais pas de vérité. L'homme conçut les vérités lui-même, chacune étant l’agrégat d'un grand nombre de pensées vagues. Partout dans le monde existaient des vérités et elles étaient toutes belles. [...]
Il y avait la vérité de la virginité et la vérité de la passion, la vérité de la richesse et celle de la pauvreté, de l'économie et de la débauche, du prendre soin et du laisser-aller. Des centaines et des centaines de vérités et elles étaient toutes belles.
Et puis les gens sont arrivés. Chacun s'emparant d'une de ces vérités, et certains d'entre eux, assez forts, en prirent une douzaine.
Ce sont les vérités qui rendirent les gens ridicules. Le vieil homme avait une théorie assez élaborée en la matière. Dans son idée c'était au moment où une de ces personnes a pris une de ces vérités pour lui-même, la nomma sa vérité, et essaya de vivre sa vie par elle, il devint grotesque. Et la vérité qu'il embrassait devint un mensonge.

Auteur: Anderson Sherwood

Info: Winesburg, Ohio

[ illusion ]

 

Commentaires: 0

sagesse colonialiste

Les Romains, les Turcs et les Anglais ont pu fonder des empires durables parce que, réfractaires à toute doctrine, ils n'en ont imposé aucune aux nations assujetties. Jamais ils n'auraient réussi à exercer une si longue hégémonie s'ils avaient été affligés de quelque vice messianique. Oppresseurs inespérés, administrateurs et parasites, seigneurs sans convictions, ils avaient l'art de combiner autorité et indifférence, rigueur et laisser-aller. C'est cet art, secret du vrai maître, qui manqua aux Espagnols jadis, comme il devait manquer aux conquérants de notre temps.

Auteur: Cioran Emil Michel

Info: De l'inconvénient d'être né, Folio essais, p.152

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Le sous-projectionniste