Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Derniers ajouts !! cliquez sur GO. Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Insérer une citationPunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un&n... Lire la suite >>
Résultat(s): 492
Temps de recherche: 0.6187s

limitation

- Parlons maintenant des certitudes de la science, comme par exemple la vitesse de la lumière, horizon indépassable pour la vitesse de nos voyage spatiaux.

- C'est, au sein de notre paradigme actuel, un problème géométrique. Un peu comme si je disais qu'on ne peut pas aller plus profondément qu'au centre d'une sphère.

Auteur: Petit Jean-Pierre

Info: sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=H- ZdMR40Co

[ butée ] [ mathématiques ] [ impossibilité ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel
Mis dans la chaine

rationalisme

Mais, si les Grecs ont été nos premiers éducateurs, si nous leur devons une reconnaissance éternelle pour avoir, les premiers, proclamé les droits de la raison humaine et compris que le monde n’est pas gouverné par les Dieux ni par le hasard, nous savons aussi qu’ils ne se sont pas toujours exactement rendu compte des limites imposées à la raison par l’expérience, au possible par le réel. Dans le premier essor de son affranchissement, la raison a cru pouvoir, à elle seule, construire a priori le Monde, et de là sont nés les systèmes idéalistes où des esprits supérieurs, depuis Platon jusqu’à Hegel, ont montré à quelles aberrations peut aboutir l’intelligence humaine lorsqu’elle veut planer au-dessus et en dehors des réalités.

Auteur: Borel Félix Edouard Justin Emile

Info: Les exercices pratiques de mathématiques dans l’enseignement secondaire, Conférence au musée pédagogique, 3 mars 1904

[ déraisonnable ] [ extrémisme ] [ folie ] [ anthropocentrisme ] [ historique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

théologie

Penser, réfléchir... Le raisonnement d'origine et sa maîtrise, très simples, ont suffi à l'expansion des humain en tant que race grégaire "à mémoire externe". Un très léger recul de la raison, multiplié par la solidarité des hommes, a été suffisant pour assurer sa domination sur les autres espèces évoluées. Tout comme la sémiotique de Peirce, ou la théorie de la communication, cette réflexion simple, à faible continuité, s'articule sur l'inamovible triade "réalité" "interaction" "réaction".
AInsi, de ce qu'on pourrait aussi nommer "signifiant", "interprétant", signifié" est issue la logique formelle. Elle s'est développée subséquemment sur trois axes de savoirs accumulés, le langage, les maths et l'histoire. Résultants de ces 3 outils, mais rarement en concordance sur les trois plans, sont apparus des modèles, référents, exemples, etc. Desquels on a pu montrer des différences, analogie, oppositions, alliances, etc... Le principe du tiers exclus et sa maîtrise était bien suffisant, puissant et efficace pour assurer la suprématie humaine.

On dirait bien que le vingtième siècle, (époque de l'apparition de mon infime moi), a fait prendre conscience de trois éléments supplémentaires, dérivés, mais toujours logiques, pour effectuer de meilleurs calculs/réflexions. Il sont de récente apparition mais seront visiblement toujours plus utilisés de par le développement de la technologie et parce que, une fois encore, nos connaissance sont grégaires. Je veux parler de l'itération, de la singularité et des statistiques.

La première montre qu'il y a un tâtonnement incessant, qu'on pourrait nommer "exploration des possibilités de solutions", comme le scan répété d'une situation depuis un point de vue unique et relativement stable.

La deuxième fut de réaliser que chaque "émergence du vivant" possède une singularité, quasi absolue, mais néanmoins combinable avec une infinité d'autres singularités, un peu comme une pièce de puzzle adaptable (pensons à la reproduction pour faire simple).

Et la troisième, c'est qu'il y a (qu'il faut ?) une variété extraordinaire et innombrable de toute les singularités d'une branche (espèce, taxon), ce qui semble nécessaire pour conserver les meilleures chances de survie dans des milieux qui ne sont jamais stables par définition. En ce sens on pourrait penser que plus une espèce dure plus elle est miroirs de son adaptation à un milieu, mais c'est beaucoup plus compliqué que cela.

Ce 3e point souligne donc la nécessité d'une "variété de l'innombrable", autrement la vie présente sans cesse la plus grande ouverture possible en multipliant les singularités et les variétés d'espèces (ou végétaux) qui réussissent. C'est ici, en fonction de l'évolution des mathématiques, et l'étude affinée des grands nombres d'individus (on pourra penser ici aux statistiques médicales humaines) que nous basculons nécessairement dans ce qui devient la sciences post-dénombrement : les probabilités. Et là, l'arrivée de l'indéterminisme d'Heisenberg aidant, les spécialistes de la mécanique quantique seront bien contents de pouvoir utiliser ces outils statistiques probabilistes pour s'attaquer à mieux comprendre la réalité qui s'offre à eux.

En ce sens, partant de ce nouveau concept, cette qualité mélangée onde-corpuscule incompréhensible à nos sens, et au regard des derniers constats de l'épigénétique, on peut en venir à imaginer une "source" avec des potentialités de calculs très au-delà des plus incroyables computers quantiques imaginables. En effet, cette "origine", ou "principe-démiurge", "Dieu", "Extraterrestres" ou autre... serait capable, en fonctionnant par - et avec - les résonances d'un "réel projeté par Elle-même", de s'adapter en continu avec les impondérables au-delà de sa préhension. Avec diverses vitesses de réaction/adaptation en fonction du niveau de taille/développement de la vie.
Nous sommes bien sûr au niveau local avec cet exemple (Gaïa). Ce qui, et c'est bien amusant, conforte l'idée de "divinités locales", planétaires par exemple, qui pourraient dès lors laisser supposer, ou imaginer, tout un système d'"entités" de ce genre, avec des interactions, tensions... hiérarchies. Bref de , de quoi concocter de bien belles épopées fantastiques et autres space opera métaphysiques..

Auteur: Mg

Info: 21 février 2020

[ biophysique ] [ projectionniste ] [ yotta-physique ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

savoirs

Pour comprendre il faut s'asseoir sur ce tabouret à trois pieds : l'histoire, les langues et les mathématiques. Avec ces trois éléments, tu peux apprendre tout ce que tu veux. Mais si l'un d'entre eux fait défaut, tu n'es qu'un plouc ignorant de plus avec du fumier sur tes bottes.

Auteur: Heinlein Robert A.

Info: Expanded Universe

[ triade ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

cybermonde

Le cyberespace. Hallucination consensuelle vécue quotidiennement par des milliards d'opérateurs honnêtes, de toutes les nations, par des mômes à qui on enseigne des concepts mathématiques... Une représentation graphique des données extraites des mémoires de tous les ordinateurs humains. Impensable complexité. Lignes de lumière qui rayonnent dans le non-espace de l'esprit, grappes et constellations d'éléments. Comme les lumières des villes dans le lointain...

Auteur: Gibson William

Info: Neuromancer, p. 75

[ cerveau collectif ] [ univers virtuel ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

astronomie

Ce qu'a découvert Kepler n'eut pas été possible sans la doctrine des cônes. Or, les contemporains de Kepler - des esprits aussi pénétrants que Descartes et Pascal - étaient en train d'abandonner l'étude de la géométrie... parce qu'ils la disaient TOTALEMENT INUTILE. L'avenir de la race humaine était pratiquement en jeu ; car si la géométrie des sections coniques n'avait pas déjà été élaborée dans une grande mesure, et si l'on avait suivi ces opinions comme quoi seules les sciences apparemment utiles devaient être poursuivies, le XIXe siècle n'aurait eu aucun de ces caractères qui le distinguent de l'ancien régime.

Auteur: Peirce Charles Sanders

Info: Collected Papers of Charles Sanders Peirce, Volumes V and VI, Pragmatism and Pragmaticism and Scientific Metaphysics

[ historique ] [ pivot ] [ mathématiques ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

spéculation métaphysique

On peut s'amuser à décanter de façon ternaire la manière dont les hommes ont, consciemment ou pas, codé le monde présenté à leur sens. Tout est trois.

Ainsi des 3 idiomes humains abstraits : langage, musique, mathématiques.
De notre perception du réel : manifestation, sensation, mise dans la continuité (voir tiercité de C.S. Peirce)
Du codage sémiotique de ce réel : coopération de trois sujets, le signe, son objet et son interprétant (Peirce aussi)
Des fonctions du langage : sujet, verbe, compléments (acteurs - moteurs - qualités)
Des fonctions de la musique tonale : toniques - dominantes - sous dominantes (socles - moteurs - paysages défilant)
Des trois infinis du mathématicien George Cantor : a) Le plus complet, dans être de l'au-delà entièrement indépendant, Dieu, qu'il nomme infini absolu ou simplement l'absolu. b) Lorsqu'il se produit dans le monde créé c) Quand l'esprit le saisit dans l'abstrait comme grandeur, nombre ou type d'ordre mathématique.
De la philosophie : (a) Phénoménologie ; (b) Science normative ; (c) Métaphysique (C.S. Pierce)
Des éléments primaires de l'occultisme : Feu, Eau et Air
Des trois couleurs primaires soustractive (lumière) et additives (matière).

Partant de ce dernier exemple du double ternaire inversé des couleurs (est-ce un équivalent visuel de la gamme par tons ?) on ne résiste pas à franchir une étape, ce qui donne l'impression de passer au travers de notre miroir ontologique.

L'idée est qu'il y a un ordre sous-jacent articulé sur cette base six (double triades inverses) et que si on veut formaliser cet ordre le nombre sept - ou zéro - est nécessaire. Mais zéro est-il un nombre ?

Dans cette idée le sept "englobe" le tout, au sens où il représente le zéro, source de tout et indiscriminée "créatrice" du manifesté.

Zéro qui devient sept une fois que le double cycle ternaire, arrivé à son terme, recommence le cycle. Nous créons donc ici ce paradoxe : zéro est l'inversion de sept.

En clair, Sept, étant l'inversion de Zéro, n'existe pas.

Voilà, merci pour votre attention, sortez en rang par deux et en faites pas trop les fous durant la récré.

Auteur: Mg

Info:

[ humour ] [ septénaire ] [ numérologie ]

Commenter

Ajouté à la BD par miguel

logique formelle

Les questions relatives aux fondements des mathématiques, bien que traitées par beaucoup ces derniers temps, n'ont toujours pas de solution satisfaisante. L'ambiguïté du langage est la principale source de problèmes de la philosophie. C'est pourquoi il est de la plus haute importance d'examiner attentivement les mots mêmes que nous utilisons.

Auteur: Peano Giuseppe

Info: "The Principles of Arithmetic, presented by a new method". 1889

[ précision terminologique ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

langages

Logique et mathématiques ne sont rien d'autre que des structures linguistiques spécialisées.

Auteur: Piaget Jean

Info:

[ idiomes rationnels ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

aléatoire

Aucune branche des mathématiques n'est aussi propice pour que les experts y fassent des erreurs que celle de la théorie des probabilités.

Auteur: Gardner Martin

Info:

[ prévisibilité ] [ statistiques ]

Commenter

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel