Citation
Catégorie
Tag – étiquette
Auteur
Info



nb max de mots
nb min de mots
trier par
Dictionnaire analogique intriqué pour extraits. Recherche mots ou phrases tous azimuts.  Aussi outil de réflexion communautaire. EXEMPLES. Comment insérer une citation. PunchlinesChainesHumourRéparties, etc. ATTENTION, faire un RESET après  une rech... Lire la suite >>
Résultat(s): 17
Temps de recherche: 0.1642s

dénigrement

La religion empoisonne tout. La religion se mêle de sexe, contrôle ce que nous mangeons et exacerbe notre propension à la culpabilité en multipliant les interdits les plus arbitraires. La religion diabolise la science, se fait complice de l'ignorance et de l'obscurantisme. Source de haine, de tyrannie et de guerres, la religion met notre monde en danger.

Auteur: Hitchens Christopher

Info: Dieu n'est pas grand : Comment la religion empoisonne tout

[ croyances ]

 

Commentaires: 0

analyse scientifique

Les phénomènes de la nature sont très souvent enveloppés de tant de circonstances étranges avec un si grand nombre de causes perturbatrices qui y mêlent leur influence, qu'il est très difficile de les reconnaître. Nous ne pouvons y arriver qu'en multipliant les observations ou les expériences, de sorte que les effets étranges finissent par se détruire mutuellement.

Auteur: Laplace Pierre-Simon

Info: A Philosophical Essays on Probabilities. Chapitre IX (p. 73) Dover Publications, Inc. New York, New York, États-Unis. 1951

[ extrême focalisation ] [ mathématisation ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par miguel

sexualité

Ainsi nous devons observer qu'il existe neuf différentes formes de congrès, suivant la longueur et la profondeur des organes. Il y en a aussi neuf , déterminés par la longueur ou la brièveté nécessaire pour amener l'orgasme et neufs autres provenant des Kriyas ou procèdes qui précipitent la conclusion. En somme, nous avons vingt sept sortes de congrès qui, en multipliant les neuf espèces et les trois périodes donnent un total général de deux cent quarante trois .

Auteur: Kalyana Malla

Info: Ananga Ranga, traité hindou de l'amour conjugal

[ variations ]

 

Commentaires: 0

surpopulation

Vouloir-guérir. Vouloir-s’accroître. Devenir-nombre. Croire déceler sa fin dans le nombre. Toutes les sociétés avant nous ont dû trembler d’en arriver là où nous sommes, dans le multiple déchaîné par lui-même et pour lui-même. D’où leurs rites, interdits, cérémonies, sacrifices, espaces sacrés, cartographies compliquées pas du tout absurdes ou aliénées ou mystifiées comme on a cru pouvoir l’affirmer. Averties au contraire intimement. Multipliant les barrières et les obstacles et les faux obstacles. Pour éviter, pour retarder les désastres consécutifs au remembrement général. A l’indifférenciation déferlante…

Auteur: Muray Philippe

Info: Dans "Le 19e siècle à travers les âges", page 80

[ régulation ] [ chaos ]

 
Mis dans la chaine

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Coli Masson

anecdote

Les jeux de 52 cartes sont basés sur le calendrier grégorien : il y a 4 couleurs pour les quatre saisons de l'année, 12 figures pour les 12 mois, 52 cartes pour les 52 semaines et la somme de tous les points d'un jeu de 52 cartes plus le joker est de 365 pour les 365 jours de l'année.
Le total de chaque couleur donne 91 points (les valets, dames et rois valant respectivement 11, 12 et 13 points), ce qui donne en multipliant par quatre 364 points, auquel on ajoute un point de joker. Un jeu classique est livré avec 2 jokers, ce qui donne alors un total de 366 pour les années bissextiles.

Auteur: Internet

Info: sur le site se couchermoinsbete.fr

[ taper le carton ]

 

Commentaires: 0

unicité

L'unique question est de savoir si le système naturel que nous appelons des êtres vivants doivent être assimilés aux systèmes artificiels que la science découpe dans la matière brute, ou s'ils ne devraient pas plutôt être comparés à ce système naturel qu'est le tout de l'univers. Que la vie soit une espèce de mécanisme, je le veux bien. Mais est-ce le mécanisme des parties artificiellement isolables dans le tout de l'univers, ou celui du tout réel ? Le tout réel pourait bien être, disions nous, une continuité indivisible ; les système que nous y découpons n'en seraint point alors, à proprement parler, des parties ; ce seraient des vues partielles prises sur le tout. Et, avec ces vues partielles mises bout à bout on obtiendrait même pas un commencement de recomposition de l'ensemble, pas plus qu'en multipliant les photographies d'un objet, sous mille aspects divers, vous n'en reproduirez la matérialité.

Auteur: Bergson Henri

Info: l'évolution créatrice, pp 30 et 31

[ holisme ] [ hologramme ] [ limitation ]

 

Commentaires: 0

politique

Edgar Faure est candidat au "perchoir", la présidence de l'Assemblée nationale. Il navigue entre les groupes au salon des Quatre-Colonnes, multipliant les poignées de main et les interpellations conviviales. Je me trouve derrière lui : "Bonjour René, comment ça va ?" dit-il chaleureusement à un quidam. "Mais très bien, monsieur le président", remercie le quidam qui, quand je passe ajoute : "Notez bien que je ne me suis jamais appelé René". Imprudemment, je hèle le président : "Vous savez, le type que vous avez salué, il ne s'appelle pas René, il me l'a confié." Alors Edgar Faure, pédagogue superbe et compatissant, avec son inimitable zézaiement : "Mon cher Robert, je vais vous dire une chose utile à une carrière certes honorable, mais qui avec plus de discernement pourrait devenir brillante. Ce type, je ne sais pas, je n'ai jamais su comment il s'appelait. Mais une erreur de nom, c'est dramatique. Une erreur de prénom, ça n'a aucune importance."

Auteur: Poujade Robert

Info:

[ pédagogie ] [ gaule ]

 

Commentaires: 0

lecture

Comment la littérature, toute de nuances et de faux-fuyants, qui ne nous aide pas à comprendre la vie, mais à en faire notre demeure, qui nous désoriente avec bonheur, multipliant les chemins des écoliers et les occasions de faire l'école buissonnière sur la ligne droite qui mène du berceau à la tombe, aurait-elle le pouvoir de commander la matière ? Je l'ignore. J'en ai fait l'expérience. Je m'en émerveille chaque jour. Mes blessures se sont raréfiées au cours des années tandis que ma mère poursuivait ses lectures. Encore trop fragile pour affronter le monde, je restais allongé, libéré de mes plâtres, jouissant de la légèreté de mes draps, du moelleux de mes coussins et de mon édredon. Un après-midi, je m'en souviens très bien, nous venions de terminer Le Grand Meaulnes, je me suis redressé. J'ai senti mes jambes prêtes à me porter. Je me suis assis au bord du lit. Je me suis levé. J'étais Augustin Meaulnes, grand et mystérieux au seuil de la vie.

Auteur: Rahmy Philippe

Info: Béton armé

[ thérapie ]

 

Commentaires: 0

question

On peut même se demander si l'évolution de la vie sur Terre, pendant plusieurs milliards d'années, n'a pas été de ce type. Pendant au moins deux milliards et demi d'années, la principale forme de vie présente dans les océans a été celle des cyanobactéries qui ont d'une part formé de grandes formations géologiques, les stromatolites, traces de vastes colonies, et qui ont d'autre part libéré l'oxygène qui constitue aujourd'hui environ 20 % du volume de notre atmosphère, oxygène qu'elles ont rejeté parce qu'il était pour elles toxique. La stabilité des cyanobactéries et d'autres bactéries et leur formation de colonies semblerait indiquer qu'elles n'étaient pas soumises à une intense compétition darwinienne. On peut même imaginer que si quelques milliards d'années supplémentaires leur avaient été données, ces colonies en multipliant leurs échanges auraient fini par former des entités proprement multicellulaires, éventuellement intelligentes. Malheureusement pour elles, il y a au moins six cent millions d'années, des êtres pluricellulaires, animaux marins et plantes aquatiques, ont commencé à les considérer comme un mets de choix. On se demandera pourquoi un peu plus loin. C'est à partir de là, sans doute, que notre évolution a pris un tour résolument darwinien

Auteur: Bear Greg

Info: Héritage

[ science-fiction ] [ abiogenèse ] [ géosphère ]

 

Commentaires: 0

aventure

J'avais quinze ans, quand je partis pour Conakry. J'allais y suivre l'enseignement technique à l'école Georges Poiret, devenue depuis le collège technique. Je quittais mes parents pour la deuxième fois. Je les avais quittés une première fois aussitôt après mon certificat d'études, pour servir d'interprète à un officier qui était venu faire des relevés de terrain dans notre région et en direction du Soudan. Cette fois, je prenais un congé beaucoup plus sérieux. Depuis une semaine, ma mère accumulait les provisions. Conakry est à quelque 600 kilomètres de Kouroussa et, pour ma mère, c'était une terre inconnue, sinon inexplorée, ou Dieu seul savait si l'on mange à sa faim. Et c'est pourquoi les couscous, les viandes, les poissons, les ignames, le riz, les patates s’entassaient. Une semaine plus tôt déjà, ma mère avait entamé la tournée des marabouts les plus réputés, les consultant sur mon avenir et multipliant les sacrifices. Elle avait fait immoler un bœuf à la mémoire de son père et invoqué l'assistance de ses ancêtres, afin que le bonheur m’accompagnât dans un voyage qui, à ses yeux, était un peu comme un départ chez les sauvages; le fait que Conakry est la capitale de la Guinée, ne faisait qu'accentuer le caractère d'étrangeté du lieu ou je me rendrais.

Auteur: Laye Camara

Info: L'enfant noir

[ prières ] [ précaution ] [ jeunesse ] [ mère-fils ]

 

Commentaires: 0

Ajouté à la BD par Eric