bio-technologie

Mi-animal, mi-machine, le "xénobot" est le premier robot vivant
Il s'agit d'un organisme quadrupède manufacturé par l'Homme avec des cellules souches de grenouille. Il est un tout petit peu plus petit qu'une tête d'épingle avec son diamètre de 650 à 750 microns.
Le xénobot est un organisme vivant programmable: il a été assemblé avec des cellules souches de peau et de muscles de cœur de grenouille. Une première scientifique réalisée par des chercheurs des universités américaines du Vermont et de Tufts.
"Ce sont de nouvelles machines vivantes", explique Joshua Bongard, l'un des coauteurs de l'étude publiée par PNAS, le journal de l'Académie américaine des Sciences, le 13 janvier. "Ce n'est ni un robot traditionnel, ni une espèce connue d'animal. C'est une nouvelle classe d'artéfact: un organisme vivant, programmable", selon la description de cet informaticien et expert en robotique de l'Université du Vermont.

(Illustration : grenouille Xénope lisse. Les cellules souches de peau et de cœur d'embryons de cette grenouille ont servis à la fabrication du xénobot, le premier robot vivant. Qui s'appelle donc xénobot, du nom de la grenouille Xenopus laevis, dont les cellules embryonnaires ont été utilisées pour le fabriquer.)

"Génomiquement, ce sont des grenouilles", indique Michael Levin, coauteur de l'étude et directeur du Centre de biologie régénérative et développementale à l'Université de Tufts. "C'est à 100% de l'ADN de grenouille, mais ce ne sont pas des grenouilles". Un peu comme un livre est fait de bois, mais n'est pas un arbre...

La taille du xénobot ne dépasse pas le millimètre de large: il est légèrement plus petit qu'une tête d'épingle avec son diamètre de 650 à 750 microns.

Ses cellules vont exécuter des fonctions différentes de celles qu'elles accompliraient naturellement. Les tissus vivants ont été récoltés et incubés; ensuite les chercheurs les ont assemblés en un corps optimal conçu par des modèles informatiques. L'intelligence artificielle sélectionnait les formes les plus réussies et les plus aptes.

(illustration : Les xénobots calculés par ordinateur - in silico - et réalisés avec des cellules embryonnaires -in vivo.
On voit des petits blocs cubiques de chair, briques structurelles différentes - en rouge, contractables; en vert, passives - qui sont fournies à un algorithme d'évolution. Celui-ci définit un modèle optimal pour l'organisme vivant manufacturé, tout à droite de l'image.
Un résultat comportemental – ici, la maximisation du déplacement – et des briques structurelles différentes - en rouge, contractables; en vert, passives - sont fournies à un algorithme d'évolution. Celui-ci définit un modèle optimal pour l'organisme vivant manufacturé. On voit un gros plan flou à droite de l'image.)

De petits organismes autonomes
L'organisme a réussi à "évoluer" du stade d'amas de cellules souches à celui d'un assemblage bougeant grâce aux pulsations envoyées par les cellules du tissu musculaire cardiaque... ce qui leur a permis de se déplacer pendant plusieurs semaines dans de l'eau, sans avoir besoin de nutriments additionnels.

Ces petits êtres d'un genre nouveau ont été capable de se réparer – se soigner! – tous seuls après avoir été coupés en deux par les scientifiques: "Ils se recousaient et continuaient de fonctionner", remarque Joshua Bongard.

Ces créatures peuvent aussi se diriger vers une cible, ce qui pourrait être très utile dans le domaine de la santé: un xénobot pourrait par exemple administrer des médicaments dans le corps humain, à un endroit prédéterminé. Ou s'occuper d'une artère bouchée.

Des tests ont montré qu'un groupe de xénobots arrivait à se déplacer en cercle, en poussant des pastilles vers un lieu central, de manière spontanée et collective.

De la peau morte
Les applications futures de ces robots vivants peuvent être nombreuses, selon les chercheurs: ils imaginent par exemple qu'ils pourront assembler les microplastiques qui polluent les océans, afin de les nettoyer.

"Ces xénobots sont complètement biodégradables", affirme Joshua Bongard, "Lorsqu'ils ont terminé leur travail après sept jours, ce ne sont plus que des cellules de peau morte".

Une forme de vie étonnante, entièrement nouvelle, qui disparaît presque sans laisser de traces.

Auteur: Jaquet Stéphanie

Info: https://www.rts.ch/info/sciences-tech/technologies. 16 janvier 2020

[ écologie ]

Commentaires: 7

Ajouté à la BD par miguel

Commentaires

Coli Masson, colimasson@live.fr
2020-01-19 18:04
Une durée de vie de 7 jours, c'est symbolique ça !
miguel, admin@admin.com
2020-01-19 18:54
Ah ah ah... On purpose?... Peut être.
Mais l'idée qui a émergé ici, et qui me plait bien, c que, dans la mesure du possible, il faut décrire les illustrations, ce qui constitue un bon exercice... Et permet de rester collé à un des principes de Flp... Au pire et si vraiment nécessaire, on pourra tjrs mettre un lien. Ton avis ?
Coli Masson, colimasson@live.fr
2020-01-20 05:33
Ah c'était juste pour ça hé hé hé, je comprends mieux...
Bof, décrire les illustrations, ça m'en touche une sans bouger l'autre. Tu sais que je suis très classique dans mon approche de FLP.
miguel, admin@admin.com
2020-01-21 02:56
Bien entendu que l'article est intéressant en lui-même... Pas choisi pour défendre cette idée. N'empêche, l'idée d'une photographie du réel avec les mots prend une fosi de plus sons sens ici. Fondamental dans mon esprit, concernant FLP. Bcp plus intéressant de le faire avec des mots qu'avec un appareil photo... Bref Avant de décider du sexe de la couille gauche de Dieu, il est intéressant, à partir du "bon sens" de se mettre d'accord sur une certaine exactitude du vocabulaire et de la logique... Et ensuite du langage. FLP veut s'amuser à mettre le monde en mots, même celui des maths. Même si c'est une gageure :-)
Coli Masson, colimasson@live.fr
2020-01-21 05:34
Oui mais je pense juste que si chacun de nous s'amuse à mettre en mots selon son mode des images ou des trucs abstraits, ça risque de partir en cacahuètes (pour ne pas citer à nouveau les bijoux de famille) assez rapidement dans le cas hypothétique où FLP gagne en fréquentation.

Que des écrivains aient fait des commentaires ou descriptions de tableaux ou autres, c'est une chose. Que n'importe qui s'amuse à décrire des photographies pas forcément intéressantes (supposons), c'en est une autre qui risque de vite devenir ingérable.
miguel, admin@admin.com
2020-01-21 10:15
Toi y'en à être légèrement pessimiste... Si par exemple l’illustration est un "graphique statistique avec deux lignes corrélées" il me semble que ça suffit pour l'idée... si ququ'un veut voir plus, à lui de faire l'effort de retrouver l'article original sur le Net.
Coli Masson, colimasson@live.fr
2020-01-21 17:57
Je pense simplement que les illustrations d'articles journalistiques ont rarement de l'intérêt et sont surtout là pour aérer la page... après si c'est nécessaire à la bonne compréhension du texte, eh bien soit.