structuration sémiotique

Les trois typologies de signes dépendent respectivement (I) du signe lui-même, (II) de la manière dont le signe représente son objet désigné et (III) de la manière dont le signe représente son objet pour son interprète. Chacune des trois typologies est une division à trois voies, une trichotomie, via  trois catégories phénoménologiques 

1 Qualisigns, sinsigns, et legisigns.  Chaque signe est soit  A (qualisign) une qualité ou une possibilité, soit  B (sinsign) une chose individuelle réelle, un fait, un événement, un état, etc., soit C (legisign) une norme, une habitude, une règle, une loi. (Appelés aussi  a) tons, jetons, et  b) types, aussi potisignes, actisignes*, et c)  famisigns).

2 Icônes, indices et symboles.  Chaque signe fait référence soit A (icône) par sa similarité avec son objet, soit B (index) par son lien factuel avec son objet, soit  C  (symbole) par une habitude interprétative ou une norme de référence à son objet.

3 Rhèmes, dicisigns et arguments.  Chaque signe est interprété soit comme A  un terme (rhétorique), représentant son objet en termes de qualité, soit B comme une proposition (dicisign), représentant son objet en termes de faits, soit  C comme un argument (argumentaire), représentant son objet en termes d'habitude ou de droit. Voilà la trichotomie de tous les signes en tant qu'éléments de base de l'inférence. 



*En ce qui concerne les Qualisigns B ) Actisignes, ou Objets,  ce sont des Signes tels qu'expérimentés hic et nunc, tels que tout mot unique à un endroit unique dans une phrase unique d'un paragraphe unique d'une page unique d'un exemplaire unique d'un livre. Il peut y avoir répétition de tout le paragraphe, ce mot inclus, à un autre endroit. Mais cette autre occurrence n'est pas ce mot. Le livre peut être imprimé dans une édition de dix mille exemplaires ; mais ce mot n'est présent que dans mon exemplaire.*

Auteur: Peirce Charles Sanders

Info: WIkipedia et diverses sources. *Manuscrit. Lettres à Lady Welby, MS [R] L463

[ triades ] [ classification sémantique ]

 

Commentaires: 8

Ajouté à la BD par miguel

Commentaires

Coli Masson, colimasson@live.fr
2021-01-10 16:15
Au 2e paragraphe, ce ne devrait pas être C) legisign ?
ça en fait des petites nuances à apporter au regard du quotidien... me sens la cervelle se faire gober dans un entonnoir.
miguel, filsdelapensee@bluewin.ch
2021-01-10 16:30
oui merci
miguel, filsdelapensee@bluewin.ch
2021-01-11 02:40
Ce que j'ai à en tête est très simple concernant cette structuration peircéenne. Comme pour quelques concepts clairs comme priméité, secondéité... quasi-esprit... tiercité....
C'est d'utiliser ceux ci-dessus qui font sens, évidents, et les mettre comme étiquettes.... ça prendra du temps, des corrections et re-corrections... discussions... mais je pense que ça installera petit à petit une forme de quadrillage subliminal, solide, au sein de FLP.
Là je suis sur Actisign, il faut que je saisisse un peu mieux l'idée, et que j'identifie quelques extraits qui correspondent à l'idée pour les taguer. Pour Legisign par exemple c'est bcp plus simple, donc ça m'intéresse moins ;-)
Concernant Actisign je suis sur une piste idée du genre "mémoire sélective" "synchronicitlé" "rencontre" "moment clé"... Si des x t'as des idées.
NB : Ceci en tentant de prendre du recul sur les concepts exprimés, je veux dire par là que si un texte met en scène un chat qui oriente les oreilles à cause d'un stimuli quelconque, on s'intéressera à la situation décrite bcp plus qu'à la grammaire, aux analogies et autres ... pour taguer.
Le mouvement de tête du Katz étant déjà un signe donc. C la qualité du réel décrit qui commande.
Mais tu sais déjà tout ça.
Coli Masson, colimasson@live.fr
2021-01-11 16:51
Je pense vraiment que le livre de Nutella (Histoire et théorie du symbole) pourrait nous aider à mouliner l'eau du moulin, parce que je retrouve à travers ce texte des pistes rappelées par Nutelhimself.

Même moi actisign ne me semble pas simple dans sa dimension d'occurrence unique, localisée, en contexte. Je comprends mais... à quoi ça sert de catégoriser un tel truc ? A ta liste de suggestion je rajouterais cependant ce très beau terme : tuchè. Doit y avoir des citasses ainsi étiquetées déjà sur FLP.
miguel, filsdelapensee@bluewin.ch
2021-01-11 17:45
Pour actisign je sais pas trop non plus, c'est une marotte perso... et comme certaines des autres pensées structurantes de Peirce m'ont fait découvrir des trucs et consolidé ma pensée quand un aspect sémiotico-logique qui m'aide à développer FLP, et éventuellement étiqueter... je m'amuse à ça... peut-être en pure perte... à voir... Essplique tuché et je le rajouterai, sous ton contrôle, en étiquettes de ci de là
Coli Masson, colimasson@live.fr
2021-01-12 17:14
C'est dans la Métaphysique d'Aristote : tuchè et automaton.
Réexpliqué tantôt par Lacan avec légères variations.
Pas les bouquins avec citasses sous la main.
Mais l'idée de la tuchè, comme opposée à l'automaton, donne une bonne idée de ce que ça peut être.
L'opposée de la réponse automatique, aussi bien comportementale que langagière. La "rencontre" (qui peut être multiforme) avec ce qui met hors du temps. Le saisissement... voire l'arrachement sémantique ?
miguel, filsdelapensee@bluewin.ch
2021-01-13 04:07
arrachement sémantique ?

bref g passé un moment dessus... tape tuché sur FLP et donne ton avis si des x
Coli Masson, colimasson@live.fr
2021-01-13 16:57
tuchè avec l'accent gravos.
Arrachement sémantique c'est dans Nutella. Je citerai en temps voulu (bientôt) pour illustrer.